Instagram, toi et moi c’est fini

Il y a quelques années, j’avais quitté Facebook et un ami américain m’avait dit que je serais bien obligée d’y revenir. Pourtant, j’ai bien quitté Facebook sans jamais y revenir, non merci, j’avais donné assez de mon temps à cet enfoiré de Mark Zuckerberg, j’avais subi assez de photos de bébés moches et de mariées affreuses et lu trop de vœux d’anniversaires de la part de faux-culs qui ne se manifestent qu’une fois par an.

Il y a plus de quatre ans, j’ai créé un Insta pour mon blog vegan, ça me semblait un bon moyen de partager avec une communauté qu’il me restait à trouver. J’ai adoré l’entretenir pour donner des nouvelles de chaque billet écrit, pour communiquer avec mes abonnés, pour partager les plats que je mange en vacances ou au quotidien, pour montrer mes chats et mes voyages, les choses que j’aime, bref, j’ai adoré ça pendant quatre ans.

Dans mes abonnés il y a pas mal de personnes que j’aie fini par rencontrer dans des soirées ou événements et on peut dire que j’ai fait quelques belles rencontres ! Mais aujourd’hui j’ai un problème avec Insta. Le premier c’est que j’ai préféré passer en privé parce que je n’ai pas envie que n’importe qui puisse voir ma tête mais forcément on partage avec un groupe de personnes restreint (je crois que j’ai près de 900 abonnés, quand on veut faire passer le message qu’être vegan c’est cool c’est pas grand chose). Pourquoi j’ai soudainement eu envie de montrer ma tête et de partager certaines choses assez intimes ? Je ne sais pas, je crois que j’ai été emballée par la puissance du like, que j’ai eu le sentiment d’être entendue alors que c’est complètement illusoire, quand tu fais une pause Insta (on peut désactiver son compte pour une période indéfinie), il n’y a personne qui se demande où tu es, Instagram c’est le monde de l’instantané, c’est comme ça ! Je suis arrivée à un moment où je postais trop de photos trop souvent, où je suis devenue ce que je déteste : tout le temps connectée, à interagir virtuellement mais peu dans « la vraie vie », la fille les yeux rivés sur son téléphone et le nombre de likes, c’était moi…

Le deuxième problème c’est que c’est compliqué d’avoir ses « vrais amis » comme abonnés. Pour une raison très simple : tu vois la vie de tes amis en direct, certains sont très actifs, tout ça donne une impression de se parler, de se connaître, d’être là ensemble. Il y a certains de mes amis avec qui je ne communique plus QUE par Insta, comme si on avait oublié le téléphone ou les bons vieux SMS. Et très honnêtement, je n’ai pas envie d’avoir une amitié qui devient elle aussi virtuelle. C’est exactement ce que je suis en train de vivre. Comme je préfère avoir des amitiés authentiques, j’ai décidé d’arrêter Instagram. Enfin… pas complètement parce que ça représente plus de quatre années de photos, de souvenirs, de moments heureux, de douleurs, aussi. Et que j’ai envie de pouvoir regarder mes mille et quelques photos de temps en temps. Alors j’ai décidé de me désabonner de tout le monde comme ça je ne vois la vie de personne. Mon Insta est devenu mon album photo perso et je trouve ça parfait !

Quand j’avais changé de numéro de téléphone, j’avais déjà remarqué que tout le monde s’en était foutu grave. Et c’est par le biais d’Insta que deux copines (que deux, imaginez) s’en sont rendu compte. Aujourd’hui un copain à moi a pété un plomb sur Insta en disant que plus il y est présent plus il se sent moche et inutile et seul au monde. Je ne me sens pas moche et inutile mais oui je me sens seule au monde quand je vois que mes amis passent leur temps à mettre des photos pour afficher leur bonheur alors qu’ils sont incapables de répondre à un SMS. Moi aussi j’ai une vie et je ne réponds pas aux messages dans la minute, mais il y a quand même des limites… Tu préfères poster une photo sur Insta à des gens que tu ne connais pas plutôt que de répondre à une amie ? Je crois qu’on ne se rend pas compte à quel point les réseaux sociaux font du mal à nos vies. On montre une idée de nous qui est souvent fausse, je l’ai fait comme tout le monde, partager mes photos de vacances alors que je passais des vacances affreuses, mais ça ne se voit pas… Poster une photo d’un gâteau que j’avais fait alors que je ne l’avais pas mangé parce que j’étais au régime (haha), tout le monde ment sur Insta. Je ne sais plus qui m’a dit récemment « Quand tu es heureux tu n’as pas besoin de le montrer ». C’est tellement vrai. Vivre l’instant présent ce n’est pas prendre son Iphone pour mettre la photo sur Insta.

L’ironie dans tout ça c’est que Instagram ne m’a rapporté que très peu de lecteurs ! C’est un réseau pour se montrer, pas pour lire un blog en cliquant le lien dans la bio, il faut le savoir…bref, au revoir Instagram, restons bons amis (ou pas).

 

 

 

Publicités