Fort attachement à son territoire

Depuis hier, je suis contrainte de vivre dans un Air Bnb avec mes chats. Le propriétaire de mon appartement a décidé de refaire le sol, on va passer d’une affreuse moquette couleur chiasse à un linoleum imitation bois tout ce qu’il y a de plus classique. Je m’en réjouis. J’adore les hôtels, dormir dans des lits plus grands que le mien et des draps immaculés qui ont été blanchis, ne se préoccuper de rien, juste profiter. Un problème ? Il suffit d’appeler la réception.

Mais avec des chats, impossible d’aller à l’hôtel. Alors il a fallu louer un Air BnB. Je ne sais pas pourquoi tout le monde trouve ça génial de passer un séjour dans un logement impersonnel avec la même décoration Ikea, non, vraiment, je ne vois pas. Comment faire confiance à des gens qui louent un appart uniquement pour arrondir les fins de mois ? Tout le monde ne peut pas s’improviser professionnel de l’hôtellerie…Les draps ne sont pas blanchis, les housses de couette ont des couleurs criardes, les matelas sont d’entrée de gamme, la vaisselle n’est jamais propre, ce qui fait qu’avant de prendre n’importe quel mug ou couteau, je lave tout, je n’ai pas confiance.

J’ai passé la journée assise sur un canapé premier prix de chez Conforama en similicuir sur lequel les chats ont très envie de se faire les griffes, une grosse couette (qui vient de MON appart) sur les genoux parce que j’ai froid, ici il ne fait pas 22 degrés comme chez moi. Le deux pièces est humide, les chats énervés parce qu’ils ne comprennent pas pourquoi on change ENCORE d’appartement, ils se sont relayés pour miauler toute la nuit, j’ai dormi trois heures et trois boutons rouges ont apparu sur mon visage pour former un triangle isocèle invisible. Je rêve de me poser enfin, de déballer tous mes cartons, mêmes les livres (surtout les livres), je m’imagine chez moi avec mes nouveaux meubles, avec mon tapis rose bien épais sur lequel je fais mes abdos parce que bientôt j’enfile mon deux pièces et je salue le pacifique. Bientôt.

Je suis un peu comme un chat : j’ai un attachement très fort à mon territoire. Je suis casanière au point de m’organiser pour ne pas être obligée de sortir de chez moi pendant trois jours. J’aurais été incapable de faire un road trip pendant trois mois en Amérique du Sud ou je ne sais où, quand je voyageais seule en Asie, après trois jours à dormir dans un bungalow, je prenais un hôtel de luxe, pour compenser. Je n’ai jamais été capable de quitter la France plus de trente jours. Il faut croire que j’aime mon pays ! Ce soir, je voyais les chats se goinfrer de croquettes et moi je me goinfrais de pain, de riz à la tomate puis de yaourt soja amandes, bref, on était tous là à faire notre crise de boulimie. Prions Sainte Rita pour que l’artisan ait fini les travaux demain soir, qu’on puisse rentrer au bercail et que je puisse refaire mes abdos sur mon tapis rose.

Publicités