Don’t beg anyone to be a part of your life

J’étais à Brighton, cette jolie station balnéaire qui n’a vraiment rien à voir avec Londres qui se trouve à une heure de train seulement, et j’ai compris : après cinq années à écrire sur ce blog, il est temps pour moi de fermer cette page. Toutes les bonnes choses ont une fin. Voici ce que j’ai appris en cinq années à écrire ici :

  • on ne choisit pas ses lecteurs, parfois on a des lecteurs dont on se sent proches, et d’autres dont on ne comprend même pas pourquoi ils nous lisent, il faut accepter tout le monde…. ou pas, j’ai choisi depuis le début de modérer les commentaires parce que c’était mon blog, mon chez moi, et que je ne laisse pas entrer n’importe qui chez moi !
  • à force d’écrire sur l’amitié, j’ai compris que je mettais ce concept sur un piédestal alors que l’amitié demande encore plus d’efforts que l’amour. Quand on s’embrouille avec son mec, il suffit de se réconcilier dans un lit, avec un ami, ce n’est pas possible… J’ai parlé de tant d’amis sur ce blog dont je n’ai absolument aucune nouvelle aujourd’hui, et vous savez quoi ? Ils ne me manquent même pas, je suis beaucoup plus détachée aujourd’hui qu’il y a cinq ans où j’interprétais les choses, je me rendais malade parfois, quelle perte de temps ! Je ne supplie personne d’être dans ma vie, je considère que soit tu en fais partie et tu as de la chance parce que je suis une personne bienveillante, soit tu n’en fais pas partie et bonne route à toi. Quand on a des frères comme les miens, on n’a pas besoin d’amis… Ce sont eux qui sont là tout le temps, que j’aille bien ou mal, ce sont eux qui osent me dire que je fais de la grosse merde ou que je suis sur la bonne voie, ce sont eux qui ÉCOUTENT, écouter, vraie qualité qui se perd. L’amitié c’est comme l’amour, il faut que ce soit une plus-value, si ce n’est pas le cas, croyez-moi : fuyez ! C’est dans ce superbe petit livre illustré de Sonja Bajic qui s’appelle « What my girlfriends told me » que j’ai trouvé de précieux conseils dont celui-ci : Ne supplie personne de faire partie de ta vie. (Et je fais un bisou à Sabrina qui est une amie précieuse, merci à toi d’être là depuis six ans et de m’avoir fait découvrir cette bonne vieille Thérèse ^^).

  • Quand on va mal, au lieu d’aller voir un psy qui va te coûter une blinde et raconter ce que tu lui confies à ses potes le week-end pour faire le malin, je te conseille non pas d’écrire mais de faire des vidéos de toi face caméra à chaque fois que tu te sens mal. C’est ce que j’ai fait pendant un an. Revoir ces vidéos me fait prendre conscience que j’ai beaucoup de chance d’avoir un Iphone 128Go mais surtout que j’ai fait du chemin, à force de me « parler à moi-même », à ressasser les mêmes problématiques, j’ai pu voir où il fallait progresser, j’ai appris à relativiser, et à rire de moi-même, parce que les vidéos où je pleure face caméra sont aussi drôles que Kim Kardashian en larmes haha

  • Écrire sur ce blog c’est bien mais moi ce que je veux faire, c’est finir mon manuscrit. Or, écrire ici m’a parfois permis d’écrire un super billet… que j’aurais pu exploiter pour mon manuscrit. Autant tout garder pour le manuscrit, c’est ce que je fais désormais. Écrire ici m’a permis de partager avec les lecteurs, d’avoir des retours auxquels je ne m’attendais pas sur certains articles, c’est un bon test pour la suite ! Je garde en tête la citation de Picasso : « Sans grande solitude, aucun travail sérieux n’est possible ».

Je remercie chaudement tous ceux qui sont un jour passés sur mon blog de connasse, je remercie mes derniers fidèles lecteurs et lectrices qui m’ont aidé à supporter cette année un peu en dents de scie, qui, avec leur commentaires, m’ont permis de sourire et de me sentir moins seule. Je fermerai ce blog dans les semaines qui viennent mais je conserve mon mail, pour continuer les échanges avec certain.e.s d’entre vous (encoreuneconnasseparisienne@gmail.com).

MERCI ❤

Pour finir, un coucher de soleil à Brighton. C’était bien ! (merci Nessie pour tout <3).

Et pour finir sur une note « connasse » comme on les aime, je suis tombée sur l’instagram de Kate Hudson qui est très très enceinte et j’ai eu envie de vomir.  Pourquoi je cherchais l’instagram de Kate Hudson ? parce que j’ai commandé un legging Fabletics (ils m’arnaquent depuis un an mdr) et j’ai cru que je serais bonne en blanc avec des fleurs sur le côté alors que j’aurais sans doute l’air d’une Céleste Barber haha, ça va être magnifique, heureusement que j’ai arrêté d’aller à la salle et que je fais mon pilates tranquille à la maison (les chats ne me jugent pas, eux). Bref, il n’y a décidément rien de plus moche qu’une femme enceinte, fut-ce Kate Hudson (en revanche, c’est super beau chez elle, je suis devenue accro à l’app « Design Home », je suis décoratrice d’intérieur virtuelle, ça me coûte cher mais j’ai déjà eu plein de 5, eh oui, ne soyez pas jaloux). Et par pitié, épargnez-moi les « mais c’est le miracle de la vie bla bla bla », c’est le miracle de la laideur, point barre. Un jour, je créerai le club des connasses nullipares, avec nos ventres plats et nos mollets fuselés, nous sommes faites pour diriger le monde, vous verrez ! Bisous 🙂

Bonjour, je suis Kate Hudson et je suis difforme et j'adore ça youpi vive la maternité je me sens femme bla bla bla ta gueule

Bonjour, je suis Kate Hudson et je suis difforme et j’adore ça youpi vive la maternité je me sens femme bla bla bla ta gueule

 

Publicités