Challenge du mois de juin # 7 : On vide son sac !

Thème # 7 : On déballe son sac ! Je vous propose de déballer votre sac à main, de prendre une photo de ce joyeux bordel (c’est toujours le cas du sac d’une femme !) et de nous expliquer pourquoi tous ces objets sont dans votre sac et à quoi ils vous servent (je suis sûre qu’il y a deux ou trois choses inutiles ou étranges, non ?).

Comme Bernadette Chirac en son temps, je ne me déplace JAMAIS sans un sac. Pour moi une femme sans sac à main n’est pas une femme, c’est un homme. Le délire « Je me promène mains dans les poches, c’est super la liberté », très peu pour moi. Chacun son truc. Le sac est mon accessoire de mode préféré, non seulement il est utile mais il signe une tenue, il est donc indispensable à toute coquette qui se respecte. Il est aussi bien pratique lorsque tu es introvertie parce que sans sac tu te sens nue et tes bras pendent le long de ton corps et ça se voit que tu es mal à l’aise. Le sac est un peu le meilleur ami qui te soutient en toutes circonstances, il contient tout ce qu’il te faut pour survivre.

J’ai donné beaucoup de sacs à main ces dernières semaines parce que j’essaie d’adopter un mode de vie plus minimaliste, malgré tout il m’en reste une trentaine… Et j’ai hésité entre trois sacs pour ce billet (oui ma vie est compliquée je sais c’est terrible, n’est-ce-pas ?). J’ai acheté celui-là chez Stradivarius il y a trois mois, il m’a coûté une misère et je le trouve parfait. Je n’aurais jamais pensé porter un sac blanc parce que je n’aime pas le blanc. Mais depuis 6 mois je découvre que j’aime des choses que je détestais avant… si ça se trouve un jour on me verra avec des chaussures blanches ? (non, quand même, il ne faut pas exagérer !). Mon sac blanc a une taille parfaite, son design a été inspiré d’un sac Kenzo mais il ne contient pas de cuir (parce que je suis vegan).

De bas en haut, il y a :

Mon porte carte bancaire (je n’ai pas de porte monnaie parce que je paie absolument tout avec ma CB)

Mon parfum roll-on Pacifica au citron de Malibu (lol) acheté à Los Angeles, j’adore l’odeur

Ma mini brosse à cheveux parce qu’on n’est jamais à l’abri d’un coup de vent

Des Skittles au cas où crise d’hypoglycémie ou petite dose de sucre en fin de repas

Mon mini stylo rose accroché à mon sac (acheté chez Hema). On a toujours besoin d’un stylo !

Mes clefs avec ma tour Eiffel, mon Snoopy, mon étoile d’Hollywood avec mon prénom, mon décapsuleur, mon Lego Wonder Woman…(ça pèse lourd tout ça).

Mes lunettes de soleil Vivienne Westwood vintage puisque achetées en 2010 je dirais..

Mon roll-on anti stress de chez Tata Harper, c’est un mélange d’huiles qui apaisent les crises de panique, les chocs émotionnels etc Il faut en mettre un peu sur chaque poignet. Je suis ce genre de personne à adorer ce genre de produit mais très honnêtement, si ça sent bon, je n’ai pas le sentiment que ce soit efficace (mais je crois que les plantes ne me font pas d’effet, ado je prenais de l’Euphytose et ça ne me détendait pas du tout, ça ne me faisait rien en fait…).

Un paquet de mouchoirs (tellement indispensable !)

Mon Iphone 7 (il est léger mais il n’a pas de prise jack, et apparemment désormais les prochains Iphone n’en auront pas, je garde donc mon 6S Plus que je trouve très bien, j’utilise les deux en fait mais j’ai pris la photo avec donc pas dessus…).

Ma pochette qui contient : une poudre de soleil de chez Hema (Hema ne teste pas sur les animaux et ça coûte une misère, youhou !), un kabuki (le pinceau de chez e.l.f en poils synthétiques) et mon mini miroir avec un chat dessus acheté sur Etsy. Depuis que je suis rentrée de Californie, j’ai décidé d’entretenir mon bronzage avec cette poudre qui fait un joli teint. C’est fou comme on peut changer avec les années, je n’aurais jamais pensé aimer avoir le teint hâlé, je fuyais le soleil et je cherchais à avoir un teint cadavérique. Bref, j’ai bonne mine et c’est cool !

Un baume pour les lèvres parce que même si a priori je ne m’en sers pas trop l’été, on ne sait jamais… (il vient de chez Yes To Carrots et il sent le melon, une bonne raison de s’en tartiner les lèvres).

Habituellement il y a au moins un livre dans mon sac mais je n’arrive plus à lire. J’ai découvert les podcasts, je ne pensais vraiment pas que ce serait mon truc et en fait j’adore. Il faudrait que je fasse une liste de tous les podcasts que j’écoute, je ne sais pas si ça intéresserait quelqu’un…

Publicités

Challenge du mois de juin #3 : « Journée idéale ? »

Thème #3 : Quelle est votre idée d’une journée idéale ? Racontez-moi ça, je suis curieuse. C’est personnel et ça peut donner des idées aux autres lecteurs 🙂 (500 mots minimum, c’est mieux)

Une journée idéale… il y a des tas de journées idéales, c’est ce qui est formidable (je ne dis pas ça pour être mièvre parce qu’attention, il y a aussi des tonnes de journées de merde, mais là n’est pas le propos).

Journée idéale numéro 1 : c’est l’hiver, je suis dans mon canapé avec mes chats et mon amoureux, on regarde une nouvelle série Netflix en buvant du chocolat chaud préparé par mes soins (avec plein de cannelle pour moi et plein de chantilly pour lui). Plus tard je prendrai un bain moussant qui sent bon les fleurs ou les agrumes ou les deux puis le repas du soir sera composé d’un gratin de pommes de terre à la crème de coco parce que c’est le plat de résistance idéal pour les flemmards qui ont le palais fin.

Journée idéale numéro 2 : c’est l’été, il fait 30 degrés et je suis de mauvaise humeur parce que je sue. Je décide de marcher sous la chaleur écrasante pour rejoindre mon cinéma le plus proche. Là, la salle est vide, nous sommes en pleine semaine, les vrais gens travaillent et nous sommes trois chômeurs et une quinzaine de retraités dans la salle. Mieux, il n’y a personne dans ma rangée, je suis seule au monde, je retrouve ma bonne humeur au frais même si le film n’est pas si sensationnel que prévu.

Journée idéale numéro 3 : je me réveille aux aurores parce que j’ai un avion à prendre pour rejoindre les Etats-Unis, je check ma liste pour être sûre de ne pas oublier quelque chose d’important comme mon chargeur d’Iphone américain par exemple, puis je me souviens de ce que ma mère m’a répété à chaque fois qu’on voyageait en famille : « Le plus important c’est le passeport et la carte bancaire, tout le reste ça s’achète » (c’est quand même pénible d’oublier son téléphone portable mais disons que ma mère a toujours raison).

Journée idéale numéro 4 : seule n’importe où. A admirer le Flatiron à New York, à chialer à moitié devant un coucher de soleil à Venice, à faire du shopping à Milan, à me promener et me perdre dans Paris, à profiter de l’instant présent dans mon canapé.

Journée idéale numéro 5 : les retrouvailles avec les amis qui vivent trop loin. Se réjouir de constater que même après un an ou plus sans se voir, on retourne exactement là où on était restés, c’est-à-dire à l’amitié, une forme d’affection très forte, presque fraternelle, sans jugement. Je ne vois pas ce qu’il y a de plus beau.

Journée idéale numéro 6 : en long week-end avec ma mère quelque part en Europe. On prend l’apéro toutes les trois heures, on marche à la recherche des plus beaux musées, on se dit plein de trucs qu’on ne dit à personne d’autre, on se réjouit d’être enfin réunies, on profite, on se fabrique des souvenirs à ajouter à la pile de magnifiques souvenirs qui sont déjà là.

Journée idéale numéro 7 : j’aimerais qu’elle m’arrive, c’est le jour où je gagne à l’Euromillions et où je ne travaille plus jamais. Faut peut-être que je commence à jouer…

Challenge du mois de juin #2 « Bouteille à la mer »

Thème #2 : Vous vous souvenez des bouteilles à la mer ? C’est le même principe : je vous propose d’écrire 300 mots minimum à une personne inconnue qui recevrait votre bouteille à la mer. C’est l’occasion de parler de vous et de vos espoirs… Vous pouvez illustrer votre texte d’une photo, c’est comme vous voulez 🙂

« Cher inconnu,

Tout d’abord, bravo ! Tu as trouvé ce message dans la bouteille que j’ai mise à la mer, ce qui signifie que tu es quelqu’un de chanceux. Statistiquement, il y avait peu de chance que quelqu’un récupère ce mot, très honnêtement, si j’étais toi, j’irais jouer au Loto. Après je ne sais pas si le Loto existe dans ton pays. Si ça se trouve ce n’est pas un pays mais une île ? Si c’est le cas, tu as définitivement de la chance parce que moi je vis à Paris en France, on dit que c’est le pays du camembert (c’est dégueulasse), de la baguette de pain (ça fait grossir) et de l’amour (je me demande bien pourquoi). Et à Paris, on a un fleuve qui s’appelle la Seine et c’est pas vraiment le genre d’endroit où tu peux te baigner, c’est plus un endroit où tu peux faire disparaitre un corps, tu vois.

Est-ce-que tu es libre dans ton pays ou sur ton île ? Comment tu vis, toi ? A la tête de mon pays, la France, il y a un type qui ressemble à un Playmobil, il est tout raide, c’est un peu rigolo. J’espère que tu comprends ma référence aux Playmobil, sinon on est mal… En France on vit dans une démocratie, c’est un truc censé garantir notre liberté, en fait comme on vit dans un monde capitaliste, notre liberté est illusoire. Mais je ne veux pas t’embêter avec tout ça, tu sais c’est classique de se plaindre pour un Occidental et je ne déroge pas à la règle. Disons que si je peux me promener dans la rue sans gros risque de me faire assassiner (sauf s’il y a un terroriste dans le coin et il y en a de plus en plus), ma vraie liberté c’est de ne pas avoir d’emploi fixe, de ne pas être mariée, de ne pas avoir d’enfants, de n’avoir aucun bien immobilier, de n’avoir aucun crédit sur le dos et aucune économie non plus. Tu vois, cher inconnu, ma vraie liberté, c’est de vivre maintenant et de n’avoir absolument aucune idée de ce dont demain sera fait, et surtout de ne rien devoir à personne !

Si tu veux découvrir Paris et sa tour Eiffel, ses pyramides du Louvre et ses ponts à perte de vue, sache que tu es le bienvenu chez moi (mais ne viens pas avec tes enfants, j’aime le calme). A bientôt, cher inconnu ! »

Challenge pas si con mais super créatif du mois de juin !

Contre toute attente, le challenge du mois de mars a eu un petit succès, je vous propose donc un autre challenge pour le mois de juin. Il va falloir faire preuve d’un peu de créativité et de beaucoup d’imagination et ça devrait bien se passer ! On va fonctionner comme suit : il y aura 2 challenges à relever par semaine, ça fait donc un total de 8 challenges à relever pour le mois. C’est moins qu’en mars mais j’ai des tonnes de choses sérieuses à faire en juin, et puis il va sans doute enfin faire beau donc vous serez moins motivées j’imagine (oui je mets « ées » parce qu’aucun homme n’a participé au challenge de mars, mes lecteurs sont majoritairement des lectrices, pourtant je croyais que les hommes aimaient les connasses ? Haha).

Première semaine de juin :

1/ Vous devez réaliser un collage qui vous représente. J’entends par là que ça peut être un collage qui vous représente physiquement, tout comme ça peut être un collage qui représente votre univers, ce que vous aimez dans la vie, ou encore un mélange des deux, peu importe. Il faut que ce soit personnel, en fait ! Et que ça permette à vos lecteurs de vous connaître un peu mieux. L’idée c’est de prendre votre collage en photo et de nous expliquer ce que vous avez voulu faire en quelques mots (300 c’est bien mais moins c’est pas grave).

Pour faire un collage, il ne faut pas grand-chose, des feuilles blanches, des ciseaux, un peu de colle, de vieilles photos, et des choses qui vous plaisent découpées dans les magazines dont vous vous servirez pour créer votre collage. Si vous n’avez aucune idée de ce dont je parle, regardez cette vidéo (elle ne dure que 3 mn), vous y verrez plus clair après ! Je suis novice dans cet art mais je peux vous dire que c’est extrêmement amusant et apaisant le collage ! Vous verrez !

2/ Vous vous souvenez des bouteilles à la mer ? C’est le même principe : je vous propose d’écrire 300 mots minimum à une personne inconnue qui recevrait votre bouteille à la mer. C’est l’occasion de parler de vous et de vos espoirs… Vous pouvez illustrer votre texte d’une photo, c’est comme vous voulez 🙂

Deuxième semaine de juin :

3/ Quelle est votre idée d’une journée idéale ? Racontez-moi ça, je suis curieuse. C’est personnel et ça peut donner des idées aux autres lecteurs 🙂 (500 mots minimum, c’est mieux)

4/On continue notre expérience du collage. Cette fois, le thème du collage c’est « noir et blanc », à vous de jouer ! J’ai hâte de voir vos réalisations !

Troisième semaine de juin :

5/Avez-vous des mots préférés ? Et des mots que vous détestez ? Parlez-moi de ces mots, dites-moi pourquoi, comment, je veux tout savoir (au moins 3 mots qu’on aime et 3 mots qu’on déteste).

6/Racontez votre plus beau voyage ! Ça peut être un vrai voyage, à l’étranger ou à deux pas de chez vous, ça peut être un voyage intérieur/spirituel aussi. Faites-nous voyager !

Quatrième et dernière semaine de juin :

7/On déballe son sac ! Je vous propose de déballer votre sac à main, de prendre une photo de ce joyeux bordel (c’est toujours le cas du sac d’une femme !) et de nous expliquer pourquoi tous ces objets sont dans votre sac et à quoi ils vous servent (je suis sûre qu’il y a deux ou trois choses inutiles ou étranges, non ?).

8/Faites le portrait de quelqu’un que vous aimez en 500 mots minimum (avec une photo, c’est encore mieux !). Présentez-nous quelqu’un de votre entourage, ou à défaut un acteur, chanteur que vous aimez et dites pourquoi, ça peut aussi être votre animal de compagnie, un personnage fictif, votre doudou, que sais-je encore !

Rendez-vous le 1er juin pour le début du challenge et merci par avance à celles (et ceux ? qui sait ?) qui participeront !

 

 

 

 

 

 

« Challenge un peu con mais pas trop » #11 Deux ou trois célébrités à qui vous ne diriez pas « non » si vous les croisiez dans la vraie vie

Ash Stymest, 25 ans, mannequin

J’aime le physique de bad boy d’Ash Stymest qui, en plus d’avoir un patronyme de star, sort avec la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp, rien que ça. Je me fiche qu’il soit grand, à vrai dire, je n’aime pas les grands, comme je suis petite, je trouve ridicule de m’afficher avec quelqu’un à qui j’arrive au nombril (j’exagère à peine). Ash Stymest a une peau blanche d’anglais (la peau très blanche m’excite, ne me demandez pas pourquoi, c’est ainsi), un regard bleu délavé et une tête un peu cabossée. Si je devais le croiser à Beverly Hills en compagnie de Lily-Rose, je leur propose tout simplement un plan à trois (plus on est de fous, plus on rit, non ?).

James Franco (jeune, dans la série Freaks and Geeks)

Aujourd’hui James Franco a 38 ans et il ne me plaît plus du tout, comme tous les acteurs qui arrivent près de la quarantaine, il est devenu un peu épais et sans doute gras du bide (je ne suis pas allée vérifier). Mais…dans la série Freaks and Geeks (série formidable disponible sur Netflix pour ceux qui ne connaissent pas), il est H-O-T. Bon, il a 22 ans, ça aide, il a un petit corps tout fin tout en muscles, il a cette tête du mec super populaire un peu connard qui te brisera le cœur mais tu y retourneras parce que tu es addict à son regard de braise, ses charmantes fossettes et son sourire d’enfoiré de sa race. En fait c’est le personnage qu’il joue dans la série, Daniel Desario qui me plaît, il me rappelle mon premier amour de lycée, Alexandre, qui était le même genre (qui m’a larguée au bout de trois jours parce que je ne couchais pas- la vie m’a vengée, il était canon mais genre canon Hollywood, maintenant c’est un déchet, je ne vois pas d’autre mot, et si ça se trouve il est mort depuis).

Ezra Miller, 24 ans, acteur

Oui, là, cher lecteur, tu comprends que j’aime les hommes jeunes. Tout à fait. Je ne risque pas de fantasmer sur ce vieux débris de George Clooney. Ezra Miller a joué dans un film pour ados dont j’ai oublié le nom, depuis beaucoup de culottes sont mouillées. Il a un visage parfait, à la fois masculin et féminin qui fait tout son charme. Les yeux en amande, c’est ce qu’il y a de plus beau au monde (pour moi). Je ne sais pas quoi dire de plus, pour moi il a un visage proche de la perfection. En plus il s’appelle Ezra et j’adore ce prénom, ça me donnerait presque envie de fabriquer un fils juste pour l’appeler comme ça (en fait j’appellerai mon prochain chat Ezra, c’est plus économique comme projet).

Jordan Barrett, 20 ans, mannequin

A la base, ma came, c’est le surfer blond, je ne sais pas pourquoi, j’aime les blonds aux yeux clairs (verts, c’est encore mieux). Forcément Jordan Barrett c’est un peu la caricature du surfer blond, d’ailleurs il fait du surf et il est australien. Je suis sûre que petit on devait le prendre pour une fille tellement son visage est fin, ses yeux en amande et sa bouche pulpeuse. A vrai dire, il est trop beau pour m’exciter, mais j’aimerais pouvoir passer une nuit à l’hôtel à le regarder se mouvoir, fumer des clopes, boire des cocktails, lire un livre au lit. Juste pour le plaisir des yeux (bon, s’il s’avère qu’il veut VRAIMENT coucher avec moi, je ne dirais pas « non » hein, on va pas se mentir).

Hailey Baldwin, 20 ans, mannequin

Comme je l’ai déjà écrit sur ce blog, je trouve que les blondes sont belles… Hailey Baldwin, c’est la fille de Stephen Baldwin (tellement hot dans Usual Suspects bordel !) et sa mère est brésilienne, je trouve que le mélange est foutrement réussi. Ce visage ! Je veux bien devenir lesbienne le temps d’une nuit…

Evidemment tout cela est de l’ordre du fantasme, il suffit que dans la vraie vie ils ouvrent la bouche et qu’ils aient une voix atroce, ou un rire affreux, ou qu’ils ne sachent pas parler correctement (genre s’ils disent « malgré que »), qu’ils soient stupides, et tout s’écroule….

« Challenge un peu con mais pas trop » #10 « Merci » Faites une liste de « merci » parce que la gratitude c’est so 2017

Merci à mon corps de me porter chaque minute qui passe, d’être en bonne santé, de parvenir à faire dix burpees de suite même si clairement le souffle ne suit pas toujours mais merci à mon souffle aussi d’être meilleur de jour en jour depuis que j’ai arrêté de fumer.

Merci au ciel, merci aux arbres, merci aux couchers de soleil, merci à mon ancien patron qui m’a donné des indemnités de fin de contrat qui me permettent de partir souvent en vacances, merci à celles et ceux qui sont sortis de ma vie, parfois vous avez compris avant moi à quel point vous étiez néfastes, vraiment, merci d’être plus clairvoyants que moi. Merci à celles et ceux qui sont là depuis longtemps et qui ne m’en veulent pas d’être un vrai ours, de ne pas toujours donner de nouvelles, merci à celles et ceux qui m’acceptent et n’essaient pas de me changer. Merci à celles et ceux qui m’écoutent et ne me jugent pas, merci à mes amis, les vrais (ils sont peu nombreux).

Merci à toi. Mais non merci.

Merci à Paris, en ce moment c’est un peu « I love you but you’re bringing me down » mais ça veut dire qu’il faut que j’aille un peu vers toi au lieu de m’enfermer dans mon monde de Bisounours, merci à toi de m’émerveiller à chaque fois que je me promène parce que je ne me lasserais jamais de ta beauté et de ton histoire, merci à la dame à la caisse numéro 1 au Monoprix qui fait exprès de passer chaque article lentement pour faire fuir les hommes pressés qui râlent…

Merci à ceux qui n’ont pas de voix pour s’exprimer, je parlerai pour vous, inlassablement, jusqu’à ma mort. Merci à tous les enculés qui peuplent cette Terre, vous me donnez envie d’être une personne meilleure pour surtout ne pas finir comme vous. Merci à celles et ceux qui ont du cœur et des couilles. Merci aux quatre félins qui vivent avec moi de me réveiller le matin très tôt chaque jour, ainsi ma sieste n’en est que plus agréable l’après-midi, merci de l’amour inconditionnel que vous me portez, merci de venir me squatter à chaque fois que je suis triste, merci parce que grâce à vous je n’ai plus d’allergies à rien, à croire que vous m’avez vaccinée !

Merci à New York et au Flatiron building de me donner une décharge d’adrénaline à chaque fois que je viens, un pur shoot de bonheur, entre nous c’est l’amour et il n’y aura jamais de rupture. Merci pour les voyages que je fais seule, les sourires que personne ne voit parce que je ne veux pas les partager, merci pour toutes ces discussions éphémères avec des inconnus bienveillants, merci pour ces moments avec moi-même, la personne que je veux le moins décevoir, ces moments sont comme une thérapie et j’ai la chance de pouvoir les vivre, d’être une femme libre qui peut se déplacer où bon lui semble. Merci la liberté.

Merci à ma Charlie, ta mort m’a fait prendre conscience que j’étais en train de mourir et qu’il fallait vite vite se ressaisir, sans toi je n’aurais jamais osé alors merci, je te dois mon bonheur actuel fait de moult inquiétudes sinon ce ne serait pas le bonheur, ce serait la béatitude et la béatitude, c’est bon pour les saints…

Merci à tous ceux à qui on a oublié de dire merci aujourd’hui. La politesse se perd et c’est fort regrettable. Et si personne ne vous dit merci, vous pouvez vous auto-remercier. C’est ce qui m’arrive de faire, essayez, c’est pas mal !

“Challenge un peu con mais pas trop” #9 Décrire mes lieux préférés pour donner envie au lecteur d’y aller

(Je ne vous parle pas de New York, vous êtes déjà au courant^^)

Les colonnes de Buren, Paris 1er

Les colonnes de Buren, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une œuvre d’art de Daniel Buren, artiste toujours en vie (il a 78 ans), qui se trouve dans la cour d’honneur du Palais Royal, à quelques mètres du Louvre. J’aime ces colonnes de différentes tailles faites en marbre blanc et noir, j’aime les rayures, forcément, ça ne pouvait que me plaire. Ces colonnes c’est toute mon enfance parce que petite je montais dessus (avec l’aide de ma mère pour atteindre les colonnes les plus hautes) et je faisais la folle avec ma cousine, ces colonnes ont vu le jour de mon vivant puisqu’elles ont été inaugurées en 1986. C’est étrange de penser qu’avant, il n’y avait rien à cet endroit. C’est un endroit parfait pour prendre des photos et étrangement je trouve qu’il n’y a pas tant de touristes que ça. Si je ne devais choisir qu’un seul monument à Paris (parce que le site est classé monument historique), c’est celui-là que je choisirais.

colonnesdeburen

Plage du Midi, Cannes

Je ne suis pas fan des plages, loin de là. Quand j’étais petite, je voyais comme une punition ces longs après-midi à supporter ma tante qui faisait du bronzage seins nus (j’avais tellement honte), elle passait son temps à faire « recto » puis « verso » , les ongles super longs et carrés (c’était à la mode), la Cannoise dans toute sa splendeur… Bref, je n’étais pas fan des plages mais cette plage je l’aime parce que même si ce n’est clairement pas la plus belle du monde, il suffit de se poser sur les rochers face à la mer pour comprendre toute la beauté du lieu. Avant de choisir le rocher sur lequel je vais m’asseoir c’est toute une histoire, je saute de rocher en rocher en essayant de ne pas tomber, j’ai huit ans, à sautiller comme un petit agneau et j’adore ça. Puis je me pose et je ne fais rien : je regarde, j’écoute, c’est un pur moment de joie. C’est à cet endroit que mon père et moi avons dispersé les cendres de mon grand-père (même si oui c’est interdit). A chaque fois que je vais à Cannes, je fais un coucou à la mer et à mon grand-père chéri.

plagemidicannes

Grand Canyon, Arizona, États-Unis

Je fais partie de ces personnes qui sont plus touchées par un bâtiment fait par l’homme que par un paysage naturel, je suis passionnée par l’architecture. Pourtant, je suis tombée amoureuse du Grand Canyon. Je n’y suis allée qu’une fois, j’avais presque 18 ans, mais je me souviens de la sensation que j’ai éprouvée en découvrant ce Grand (gigantesque) canyon. J’ai eu envie de me jeter dedans parce que c’était trop beau pour mon petit cœur fragile. Après, on s’est promené à l’intérieur et là tout de suite entre les serpents à éviter et autres bestioles peu rassurantes, j’ai un peu déchanté (le hiking, c’est vraiment pas mon truc).

grandcanyon

Le palais des Papes, Avignon

Autant je déteste la ville d’Avignon en plein été, blindée de touristes, autant faire un coucou au palais des Papes en automne, c’est vraiment quelque chose que j’apprécie. Je me sens ridicule devant ces très hauts murs qui entourent le palais, initialement pour protéger le Pape qui y vivait. J’adore l’architecture gothique et la période médiévale, là je suis servie ! A chaque fois que je vais à Avignon je suis sidérée de penser que cet énorme monument a réussi à traverser le temps, les siècles. Je ne sais pas pourquoi, je suis émue quand je me poste devant.

palais_des_papes

Bangkok, Thaïlande

Quand je dis que j’adore Bangkok, on me prend pour une folle. Il est vrai que de prime abord, Bangkok ne semble pas être une belle ville du tout parce que c’est une ville industrielle très polluée, parce que la circulation y est infernale, les rues remplies de personnes affairées, et puis c’est une ville extrêmement bruyante (à côté Paris c’est de la rigolade !). Pourtant j’adore l’énergie qui s’y dégage, ses buildings toujours plus hauts, ses marchés, sa nourriture de rue, ses monuments, ses quartiers si riches et si différents, si complémentaires. J’y pose un pied et je suis dépaysée, je ne comprends pas la langue, cette langue impossible à apprendre et encore plus à écrire. Le même mot peut avoir 25 sens différents suivant la façon dont vous le prononcez, au secours…La première fois que j’y suis allée, j’avais oublié mon guide dans l’avion et je me suis retrouvée dans le quartier de Sukhumvit (le quartier le plus moche) un peu par hasard. Là, je suis tombée sur le Miami Hotel, un hôtel sans charme avec ses grandes chambres surannées et sa piscine en plein milieu, comme les motels aux États-Unis. A chaque fois que je vais à Bangkok je retourne dans cet hôtel même si ce n’est qu’une nuit avant de rejoindre les plages. J’ai toujours des frissons quand je me promène dans les longs et grands couloirs, on se croirait dans Shining. J’adore !

miamihotelbangkok