Emotionally slutty

J’ai changé de numéro de téléphone. J’ai commencé la méditation. J’ai changé tous les meubles de place chez moi. J’ai fini la déco, six mois plus tard. Je rends mes comptes à un daily planner désormais, autrement dit : adieu la glande ! Je relis à nouveau, aussi. Je suis en année 9, j’ai jusqu’au 31 décembre pour finir mon manuscrit, sinon je suis partie pour un cycle de 9 années de merde, parce que je n’aurais pas bouclé ce qu’il faut boucler. Ce serait triste, n’est-ce-pas ?

Tout ça grâce au parfait Russe (je sais, ça paraît antinomique, dis comme ça) avec lequel j’ai été emotionally slutty. Le Russe… Physiquement, il était absolument mon genre, je dirais même mon idéal, si bien que j’ai été extrêmement impressionnée (je n’arrivais plus à mettre la clef dans la serrure de la porte de mon immeuble, je tremblais…). Grand blond aux cheveux wavy, pas bouclés, bouclés je déteste, wavy, ses cheveux faisaient des espèces de vagues à l’ancienne, très années folles, mais pas plaqués sur son crâne. De grands yeux bleus, un nez droit parfait à la Julian Casablancas (quoi de plus sexy qu’un beau nez droit ? De belles mains peut-être, ça aussi il avait). Une bouche miam miam et des fossettes, Mesdames et Messieurs. Les fossettes…Je. Je. Il avait fait du rugby alors forcément il était musclé mais pas trop non plus, pas rhinocéros, plus nageur comme genre de muscles. Et il a fait des études de droit et de criminologie, un jour il bossera à l’ONU. Voilà.

Quand c’était virtuel, c’était parfait, tout se passait si bien, c’était à peine croyable. A tel point qu’il avait écrit « Mais en fait tu es parfaite ? ». Le pauvre, il a vite compris que j’étais tout l’inverse haha Comment peut-on passer de « Mais en fait tu es parfaite ? » à « Je crois que je vais y aller, demain je me lève tôt… » puis au couperet « Je ne pense pas donner suite, bonne continuation à toi ». C’est simple : je lui ai versé ma vie sur la table, comme ça, sans pitié, au premier rendez-vous. Je ne lui ai rien épargné, de mes déboires sentimentaux depuis que je suis célibataire, à mes théories sur la déshumanisation des rapports amoureux à ma tirade concernant la monogamie qui est tout simplement contre-nature, tout ça une bière à 9° à la main et dans un débit de paroles impressionnant ponctué de gros mots pour appuyer mes propos (alors que je suis polie en temps normal, je le jure). Si on avait compté le temps de paroles, vous savez, comme lors des élections présidentielles, on était à 70% pour moi et 30% pour le pauvre parfait Russe d’amour (j’aurais aimé l’aimer, bordel). Je vous passe les détails histoire de m’épargner une honte certaine que je préfère ne partager qu’avec mes chats, merci. J’ai paniqué, voilà comment résumer cette histoire.

J’ai essayé de rattraper le coup, j’ai eu des idées pour qu’il revienne vers moi, alors j’ai demandé son avis à Louis qui m’a dit « Honnêtement la meuf peut-être la plus bonne du monde, si son mental me dégoûte, c’est mort ». Il me matait salement, le Russe. Mais il n’a même pas voulu me baiser quand même, je trouve ça admirable, ça prouve encore une fois qu’il était parfait. Je suis soulagée qu’il ne se soit rien passé, s’il m’avait touchée, je serais sans doute morte de joie ou d’une crise d’angoisse ou de je ne sais quoi. Dans la foulée j’ai bloqué l’anglais sur tous les réseaux qui existent. J’ai compris un truc : je ne suis pas du tout prête à vivre une relation avec un homme. La preuve : tu me mets mon homme idéal chez moi dans mon canapé et je fais n’importe quoi. J’ai peur. Non pas de vivre une relation. De perdre ma liberté. C’est ce qui se passe quand on est en couple…

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Emotionally slutty

  1. J’ai tenté de trouver un commentaire drôle et léger parce que ton histoire plombe un peu le moral, mais j’ai pas réussi. Néanmoins si ça peut te rassurer je t’envie, parce que moi le russe parfait je ne serais même pas aller le rencontrer. Je suis emotionally pathetic. xoxo (je sais pas ce que ça veut dire xoxo mais c’est badasse non ? Comme dans Gossip truc).

    • Je suis désolée que ça te plombe le moral, ce n’était pas le but ! Je persiste à toujours voir le positif dans toute situation et pour moi ce fut une vraie claque salutaire ! J’aurais dû m’écouter, à la base, j’étais fatiguée et je ne voulais pas le voir si vite et encore moins chez moi (s’il avait fallu sortir, jamais je n’y serais allée, jamais !). xoxo ça veut dire « bisous bisous » alors c’est pas super badass non haha Mais c’est drôle alors c’est déjà bien :)))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s