Sous le platane parisien

Je marchais d’un pas plutôt lent je dois dire, moi qui ai une grosse tendance à marcher très vite. Depuis que je ne travaille plus, je suis devenue lente, je suis devenue cette fille insupportable qui traîne sur le trottoir, cette fille que je déteste, normalement. Je marchais, donc, parce que je ne prends plus le métro sauf si j’y suis vraiment obligée, sauf si c’est vraiment à 1h de chez moi à pied (mais je ne vais jamais dans le 19ème donc tout va bien).

Je marchais pour faire des courses exotiques, faire le plein de coriandre fraîche, d’aubergines violettes (les longues et fines qui viennent du japon), de gingembre, j’avais envie d’un pad thaï en fait. Sur le chemin je suis passée sous des platanes et j’ai senti quelque chose de mouillé sur mes cheveux. Un pigeon s’était lâché ! J’ai été bien contente de constater que, comme d’habitude, un paquet de mouchoirs se trouvait dans mon sac à main (je suis une vraie fille). J’ai essuyé le caca couleur étrange, je n’étais même pas en colère, ni même agacée. Déjà parce que je sais que ces pauvres pigeons souffrent en ville, eux non plus n’aiment pas la pollution, eux aussi rêvent de la mer et de la campagne, eux aussi étouffent, mal-aimés des villes, on les trouve moches, on leur fait des misères, souvent ils n’ont qu’une patte, pauvres pigeons. Avant j’avais peur des pigeons, peur qu’ils me fassent caca sur la tête. Aujourd’hui, je m’en fiche parce que j’ai un mouchoir, parce que j’aime les oiseaux qui ne m’ont rien fait et qui veulent juste être libres, comme moi en fait. Je ne les trouve pas moches, les pigeons, je trouve leur col violet très élégant, ça se marie très bien avec le gris.

Comme les mamies, je fais mes courses avec un caddie parce que je n’ai aucune force dans les bras, il me faut un truc qui roule et qui fait le plus gros du taf. Sauf que le mien n’est pas moche et à carreaux, il est super stylé, si je vous disais le prix qu’il a coûté vous me prendriez pour une snob (que je suis, on ne pas se leurrer). Mon caddie était accordé à ma tenue, je suis ce genre de personne. Je ne le fais pas pour les autres, je le fais parce que j’aime être élégante et bien mise, même quand je suis soi-disant négligé, c’est toujours étudié, mes vrais amis le savent. Le pigeon s’est lâché sur mes cheveux mais le plus gros de la fiente était sur le caddie de luxe. Que j’ai nettoyé en rentrant en apprenant que la fiente de pigeon est censée porter chance. Quand ça arrive du côté droit c’est censé signifier une rentrée d’argent. Je ne sais pas si la fiente de pigeon porte chance mais je suis quelqu’un de chanceux en général (pas trop en ce moment), j’ai donc décidé que je vais avoir encore plus de chance. La loi de l’attraction. Et maintenant que j’y pense la dernière fois qu’un pigeon s’est lâché sur ma tête c’était le jour du rattrapage du bac et je l’ai eu (sans avoir évidemment rien révisé).

Avec cette chaleur, je ne supporte plus Paris. Je sors le matin très tôt pour faire des courses puis je reste enfermée chez moi (je remercie le ciel de ne pas être exposée plein Sud- quelle bonne blague, la boussole de mon Iphone vient de m’apprendre que mon salon est exposé Sud-est, je raconte donc vraiment n’importe quoi). Ce n’est pas encore l’été que je me plains déjà, je sais, je sais… Mais je ne vois toujours pas l’intérêt de la chaleur à Paris ! Ma mère me dit qu’il fait 38 degrés à Toulouse. Quelle horreur ! Il faut que je créé aussi un club des gens qui détestent le printemps et l’été et qui vénèrent l’automne et l’hiver. Pas un groupe Facebook parce que je n’ai pas Facebook, il parait qu’il n’y a plus que des vieux, même Tinder, on m’a dit que c’est plus à la mode. Je ne sais pas ce qui est à la mode, je n’ai pas travaillé depuis 9 mois maintenant, et je n’ai accouché de rien du tout. Je n’écris même plus, je n’ai pas la tête à ça. Par contre je cuisine et j’ai vu une belle expo Picasso. J’adore cette photo avec son chien des Pyrénées, je crois qu’il s’appelait Bob. Je crois qu’en fait j’aimerais avoir un chien (en plus des chats bien sûr). Si vous avez un chien, parlez-moi de lui dans les commentaires please, j’adore les histoires de chien !

Je ne voudrais pas frimer mais mon pad thaï était délicieux 🙂

Publicités

7 réflexions sur “Sous le platane parisien

  1. Je veux bien adhérer à ton club de gens qui détestent le printemps et l’été et qui vénèrent l’automne et l’hiver. Aujourd’hui 34 degrés ici (Annecy), c’est la mourance… mot qui n’existe certainement pas, mais fait trop chaud pour vérifier. Et puis c’était aussi pour te dire que je guette tes articles, j’aime beaucoup et tu me fais marrer (qui utilise encore ce mot ? bah moi) à chaque fois.
    Allez, à plus, je vais faire un tour dans le congélo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s