Le Jour du Seigneur ou pourquoi je préfère les chats aux enfants

Comme je plains les heureux ( ?) propriétaires d’enfants parisiens turbulents dont ils ne savent que faire le jour du Seigneur parce qu’à part dans le 7ème (et merci mais je n’y vis pas), plus personne ne va à l’église. Il faut bien les occuper ces petits amours à la morve collée au nez en permanence peu importe la saison. Mes charmants voisins au-dessous ont trouvé comment faire, eux. Ils vivent au rez-de-chaussée alors ils se sont dit « Tiens, comme il y a une mini cour intérieure, et si on décidait qu’elle était à nous ? ». Et c’est ce qu’ils ont fait sans que personne ne dise rien parce que franchement on s’en fout, si ça peut leur faire plaisir de se donner l’illusion d’avoir un pavillon à la campagne avec leur ridicule cour de 30m2 aménagée avec une table, des chaises et même des bacs à fleurs et des lampes murales pour pouvoir dîner sous cette douce lumière le week-end (et on entend leurs conversations tellement nulles, ils sont tellement beaufs, franchement ils devraient déménager en banlieue, c’est ce que les familles font).

C’est dimanche, chouette, la maman peut jouer au ballon avec Maylis et Mathis pendant que le père écoute Zaz dans le salon (je ne savais même pas qu’on pouvait encore écouter Zaz en 2017). Moi qui suis discrète, je ne comprends pas qu’on puisse ainsi s’afficher aux yeux de tous, il suffit qu’on ouvre notre fenêtre pour les voir en famille en train de faire les devoirs sur la table ou ricaner à moitié ivres avec des amis tout aussi nases qu’eux (et moches en plus, encore si le paysage était intéressant mais même pas !). Chance, ce sont des français très conventionnels, il se lèvent tôt et finissent leurs dîners arrosés tôt également, il ne faudrait pas chambouler leur rythme houlala. Mais tout de même on entend tout ce qu’ils disent et ils semblent adorer ça, je ne vois pas d’autre explication. Ils ne sont pas INFP eux, ah ça non ! Ils doivent être super extravertis et super pas intellos, c’est quelle combinaison de lettres, ça ?

Heureusement ils savent s’arrêter pile au moment où je sens que je peux faire un massacre (par exemple, là ils ont dû aller au parc, je ne les entends plus). Sachant que je suis lâche, le massacre consiste à appeler la propriétaire pour me plaindre (et elle m’adore parce que je suis old school, j’envoie mes vœux en début d’année, oui, par courrier postal, les timbres, vous vous souvenez ?). Mon immeuble appartient à une veuve qui possède une dizaine d’immeubles à Paris, et elle les gère d’une main de fer du haut de ses 86 ans (son fils unique désespère de récupérer son héritage). Elle a déjà réussi à virer un homo exubérant et mélomane qui jouait du piano de minuit à 7h du mat’ avec des amis en buvant du vin (c’est ce qu’on m’a raconté). Un jour quelqu’un a sonné à la porte et lui a cassé la gueule en lui disant « Demain t’es plus là » ou un truc du genre, ambiance thriller, et ça a marché !

Avec les vacances scolaires qui approchent j’avoue que je commence à m’inquiéter un peu même si j’ai la chance de pouvoir me réfugier dans une autre pièce qui ne donne pas sur cette cour. J’ose espérer qu’avec deux gosses ils vont partir à la Baule chez les grands-parents ou dans leur résidence secondaire inexistante. La petite fille m’exaspère avec sa petite voix haut perchée, quant au fils, il constitue tout ce que je déteste : il est bruyant, complètement abruti, il adore jouer au ballon, il ne porte que des joggings, il râle et en plus il ressemble au père (c’est-à-dire à rien en fait). Je vous épargne la mère parce qu’elle cumule voix nasillarde, ne sait pas s’habiller, a un rire horrible qui résonne (forcément elle rit dans la cour, pas dans son salon cette conne), c’est le genre qui doit avoir à peine 40 ans mais qui fait déjà usée. C’est pour des femmes comme elle que le maquillage a été inventé je pense, même si les gros paquets de mascara qu’elle met sur ses cils étouffés ne la rendront jamais jolie mais juste encore plus moche, la pauvre femme. [ N.B : mon mec me demande ce que je fais, je réponds « j’assassine les voisins via le blog » et je vois qu’il pense « tant mieux au moins cette colère ne tombera pas sur moi » haha <3]

On vit à Paris mais on ne croirait pas du tout y être. L’appartement ressemble à une maison de campagne avec sa cheminée en brique dans le salon et c’est si calme qu’on n’entend pas les bruits de la ville. C’est pour cette raison qu’on a eu un coup de cœur pour cet appartement qu’on a quand même mis trois mois avant de trouver (parce qu’en plus je voulais une baignoire et une cuisine américaine et des placards intégrés (la chieuse oui oui je sais). Une telle aubaine, ça n’existe plus de nos jours ! Alors forcément quand il y a un peu de bruit, je panique. D’autant que par le passé je n’ai eu que des problèmes de voisinage (voisins obsédés qui frappent chez toi trois fois par jour juste pour te voir, l’un d’eux m’a même écrit un mot d’amour qu’il a glissé sous la porte, mains courantes à la pelle au comico de quartier (la BAC est même venue une fois, c’est dire !), colle dans la serrure etc etc la liste est trop longue).

Depuis que j’ai vu le documentaire The Minimalists, je me dis que si ça continue, je vais vivre dans une mini maison et le tour est joué (je dis « je » parce que je n’ai pas encore mis Monsieur au courant. Hum). Un français a adapté les tiny houses américaines qui ont remporté un franc succès après la crise des subprimes, ce sont des maisons-roulottes qui ne font que 23m2 (économie de ménage, bonjour !) et qui ne coûtent que 40,000€ clé en main ! Pour éviter la claustrophobie il suffit d’acheter un terrain quelque part en France où il n’y a personne (la Corrèze, la Creuse ou la Lozère feront l’affaire avec leur densité proche du néant). Les chats arrêteront peut-être enfin de squatter notre lit, le canapé, la table à manger, le bureau, la baignoire vide (etc) pour vivre dehors et nous rapporter fièrement des souris mortes pour asseoir leur hégémonie. Peu importe ce que font les chats, ils ne seront jamais aussi pénibles que des enfants. Hashtag cats not kids.

Publicités

17 réflexions sur “Le Jour du Seigneur ou pourquoi je préfère les chats aux enfants

  1. pas de chance d’être tombée sur des voisins pareil! je suis dans une maison avec jardin clos, mais j’ai de charmantes voisines très discrètes, l’une chaque année fête son anniversaire avec ses petits enfants, dans le jardin, elle me prévient toujours à l’avance, mais les petits sont très discrets et m’offrent des dessins dans la boite aux lettres…

  2. Chère blogueuse,
    merci de ce billet rafraîchissant dans lequel je perçois plus d’amour des autres qu’il n’y paraîtrait au premier abord !

    signé : un blogueur qui a eu sa période « cour » mais les enfants sont grands

  3. J’adore le moment thriller. Je suis dans un immeuble de 13 étages et il n’y a que mon voisin du dessous qui est une plaie avec ses gosses. Je n’ai plus la musique à 9h c’est déjà ça. Mais beaucoup d’envie de meurtres ou de tabassage ☺

  4. Ahah, merci wordpress pour la suggestion du blog ! Avec un tel nom, je ne pouvais pas passer à côté, et j’ai beaucoup ri ! J’ai pas de voisins en ce moment (ni de maison fixe, ça aide sans doute) mais bizarrement, j’ai toujours préféré les chats aux bambins (pourtant, ça pousse tout autour de moi )! C’est grave docteur ? Bonne journée à toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s