Fuck 2016 un peu

fuckyou2016

Que dire de 2016 si ce n’est que ce ne fut vraiment pas la meilleure année de ma vie.  Je crois que je ne connais personne qui estime avoir vécu une vraie belle année. Ce fut un peu l’année de la frustration et l’année de la tristesse absolue, je n’ai jamais autant pleuré que de mai à novembre, heureusement il y a eu de belles vacances, quelques rencontres qui comptent, des comebacks retentissants dans ma vie pour mon plus grand bonheur (et encore le mot est faible). Certes Trump a été élu ce qui n’a fait que renforcer mes inquiétudes sur ce triste monde tragique mais cet hiver ne s’annonce pas si mal malgré l’annonce de la mort de George Michaël qui ne fait qu’enterrer mon enfance, une fois de plus (ça avait commencé avec Prince, en fait).

J’ai arrêté de fumer pour la septième fois cette année (si je compte bien). Je suis contente, je ne finirai pas comme ces femmes à la peau ridée qui continuent à s’intoxiquer devant les immeubles en parlant de trucs super pas intéressants avec des voix graves mais pas sexy. Par contre 2016 est clairement l’année où j’ai cuisiné un peu trop et je suis en mode anorexie/sport 2h par jour depuis ce matin. Je vais faire comme toutes les parisiennes qui se respectent ; je ne vais plus dîner. Je vais sans doute opter pour la tisane « ventre plat » en guise de repas ou plus simplement me mettre au lit plus tôt car comme chacun sait « Qui dort dîne ». J’imagine déjà le commentaire d’un lecteur qui hurlerait au scandale et dirait que l’anorexie est une maladie et que je ne devrais pas en parler de manière si légère et bla bla bla. Parce que j’ai récupéré des lecteurs hyper chiants en 2016, avec des commentaires tout aussi chiants dont j’ai modéré la plupart pour épargner leur lecture aux autres lecteurs moins chiants, eux. J’en profite pour remercier ceux qui restent et qui ne sont pas chiants (ils sont peu mais se reconnaitront sans doute).

Cette année j’ai changé d’avis sur le vernis à ongles sur les pieds. J’ai toujours dit que c’était moche et vulgaire, pourtant j’en ai mis tout l’été. Je continue malgré tout à juger celles qui en mettent et surtout leurs pieds affreux. C’est fascinant le nombre de femmes qui pensent avoir de beaux pieds. A croire qu’elles n’ont aucune objectivité. Pareil pour toutes celles qui me disent « Je sais que je ne fais pas mon âge » et je me retrouve super gênée parce que chérie tu es la seule à le penser bordel. Je vais me mettre à acheter des miroirs de poche aux gens, pour le bien de l’humanité.

J’ai retravaillé un peu en intérim histoire de (à cause de la pression sociale, mais j’y reviendrai sans doute), ça n’a fait que renforcer ma haine du monde de l’entreprise, l’ambiance Caméra café, tous ces gens heureux de se lever tôt et de vendre des trucs inutiles, ça me dépasse. Mais j’ai rencontré quelqu’un, une femme, qui était heureuse de vivre dès le matin et tout au long de la journée sans défaillir, qui venait au bureau plus tôt sans être payée en heures supp, qui était joyeuse et solaire et serviable et gentille…tout en ne gagnant que 1300€ par mois alors qu’elle vit intra-muros.  Moi tu me donnes ça j’achète une corde chez Leroy Merlin et je me pends avec au beau milieu d’une salle de réunion. Je ne sais pas si c’est un manque d’ambition/ de confiance en soi/ de compétences ou la flemme de trouver autre chose ou si tout simplement elle se contente de ce qu’elle a. Je crois que je ne me contente jamais de ce que j’ai, je veux toujours plus. Sachant que parfois le plus est le moins. Cette année j’ai définitivement compris que le plus important c’est d’avoir du temps. Ma plus grande réussite ça a été cette négociation de rupture conventionnelle, depuis je revis. Je sais aussi que j’ai eu beaucoup de chance, c’est quelque chose que je n’oublie pas, j’y pense chaque jour quand je me réveille de ma sieste vers 15h.

J’ai appris des trucs cette année. J’ai osé dire/faire ce que je voulais au plus profond de moi. Je me suis complètement foutue de ce qu’on pense de moi. Je veux dire, encore plus que d’habitude.

J’aimerais me réjouir de cette nouvelle année mais ma voyante m’a prévenue : je vais en chier en 2017. Résultat j’ai envie d’être en 2018. Ou 2019 qui parait-il sera mon année (il va falloir être super patiente d’ici là, j’en ai bien peur).

Bref, en 2017 je continuerai à être une connasse parisienne. C’est bien là ma seule résolution. Amen.

Publicités

8 réflexions sur “Fuck 2016 un peu

  1. Que j’aime cette résolution qui clôture ton texte en beauté ! Et je confirme, ne pas diner : ça marche. Par contre tu risques de te réveiller en plein milieu de la nuit avec une grosse fringale.

  2. à défaut de ne pas être originale j’espère ne pas être (trop) chiante…. ;o)
    16 jours de passés, 2018 s’approche Meilleurs Voeux !
    Merci à cetteconnasseparisienne d’être encore là elle quand notre « ami » new-yorkais ne nous cause plus lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s