Libérée, délivrée etc

Je rêve d’écrire ce texte depuis des mois. Je n’ai pensé qu’à ça. Le jour où je serais enfin libre. Je savais par avance que l’été serait long, il a été interminable. J’ai souvent cru que jamais je n’en verrais le bout. J’ai voulu mourir d’agacement cent fois. On m’a tout fait. On m’a dit « oui » puis on a reculé, on a pris rendez-vous pour signer les papiers mais il n’y avait personne. On a joué avec mes nerfs, de mon côté je me suis enfoncée dans le mensonge pour mieux obtenir ce que je voulais : juste partir, avec le plus de fric possible parce que merde, ils en ont. Plus le mensonge est gros, plus ça passe. Bosser avec eux me l’a confirmé. J’étais prête à démissionner mais tout le monde m’a dit que c’était de la folie et tout le monde avait raison. J’ai réussi à négocier cette foutue rupture conventionnelle non sans efforts, ils n’aiment pas vous donner d’argent, ces gens-là. Hier était mon dernier jour de CDI dans une boîte pour laquelle je n’ai que du mépris, pour un poste qui au départ était exaltant malgré le milieu de merde, la Finance avec un grand « F », cette sombre pute qui affaiblit les plus pauvres et fabrique des flopées de connards à la Trump, vous voyez le genre. Des mecs qui se sentent tellement surpuissants qu’ils violent des femmes à tour de bras sans jamais être inquiétés, entre autres. Des mecs qui savent faire du fric mais n’ont aucune classe, aucune culture, rien. Ils ne sont bons qu’à être des connards pleins de fric. Mais ce n’est pas de ça dont j’ai envie de parler. Toutes ces horribles histoires sont derrière moi, déjà loin. Je n’ai tellement pas envie de garder le contact avec mes anciens collègues que j’ai donné un faux e-mail personnel dans mon e-mail d’adieu très conventionnel à base de « It has been an absolute pleasure working with such great teams around the world and bla bla bla ». It is an absolute pleasure to not see you ever again, fuckers.

Voilà, c’est fini. Je ne suis plus obligée de me retrouver sur les Champs-Elysées tous les jours. Il n’y a pas un jour où je me suis demandée pourquoi tous les touristes prennent des photos devant l’Arc de Triomphe. Qu’il est moche, le pauvre ! Le pire ce sont ces jeunes mariés asiatiques qui posent devant la bouche de métro…Pourquoi ne vont-ils pas ailleurs, sur le Pont Alexandre III ? N’importe ou à Paris mais pas devant l’Arc de Triomphe ! Je ne subirai plus le défilée de vieilles femmes qui portent des manteaux de fourrure, autant dire de la souffrance à même la peau, combien de fois j’ai voulu les insulter ces salopes. Je ne passerai plus devant le Royal Monceau et ses ridicules voitures de luxe garées devant, voitures de connards du Golfe, ces gens-là n’ont aucune classe, c’est effrayant. Je ne serai plus obligée de manger une salade qui coûte dix euros tous les jours parce qu’il n’y a rien d’autre dans ce quartier de merde. Je n’ai plus de téléphone pro, je l’ai rendu avec une certaine jouissance, démerdez-vous, je ne suis plus jamais joignable pour vous, je reprends ma liberté (bon, j’ai gardé l’Iphone 7, faut quand même pas déconner !). On m’a offert des fleurs et des chocolats et on m’a même laissé une carte avec pleins de mots gentils dessus. Ils disent que ma bonne humeur et mon sourire va leur manquer, ils disent « We will miss you ».

Eh bien vous ne me manquez pas, très chers. J’ai déjà oublié vos visages et vos costumes mal coupés et vos vulgaires Rolex et Louboutin. Et je n’ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie. Merci pour le champagne quand même. Je n’ai aucune putain d’idée de ce que je vais foutre du reste de ma vie mais je n’ai peur de rien. S’il y a un enseignement à garder de cette expérience chez ces bâtards, ce serait sans doute ça : je n’ai peur de rien, je suis prête à tout mais pour la bonne cause cette fois !

Bref, tout ça on s’en fout, moi j’ai une valise à faire hihi 🙂

img_0152

Publicités

12 réflexions sur “Libérée, délivrée etc

  1. Bon l’image du tee-shirt de Sam semble avoir déplu! ;(

    En tous cas félicitations pour cet Acte, ce choix et cette décision…… Vive la Liberté! Les voyages déforment les valises….

    J’ai vécu deux départs d’entreprises de manière radicale, la première, banale, ordinaire, suite à un burn-out, une main devant, une main derrière…… où l’éloge de la fuite (H.Laborit)

    La deuxième plus intéressante parce que définitive. Suite à la parution d’un décret j’ai pu bénéficier d’une mesure de retraite anticipée( mesure éphémère qui n’existe plus – sur une base de 8000 possibles bénéficiaires en France, nous n’avons été qu’une poignée à demander le bénéfice de cette mesure…!!!). Banco, j’appelle le boss et à ma grande surprise la gazier commence par me demander mon stock de Congès et de RTT.. « Oui, je vous propose de partir plus tôt et de ne pas vous payer ce stock », Argh! Et moi qui m’attendait à une demande pour surseoir à mon départ, mon orgueil en a pris un coup, pi c’est passé……

    Depuis c’est la Liberté, fini l’esclavage…. Yeah! Durant toute cette vie professionnelle pourtant passionnante, je n’ai souvenir que d’un enfer par le fait de la subordination…… Pire que l’enfer imaginé durant l’enfance……

  2. « connards, salope, pute, bâtard, foutre, putain, merde, moche, Louboutin, Champs-Elysées… » Ça frappe, on dirait.
    C’est une bonne décision. Le luxe, le vrai, c’est de pouvoir vivre une vie en pleine conscience.
    Bon voyage miss !

  3. On peut dire que tu m’as vendus du rêve dans ton poste. Authentique et vrai. J’adore! Je te souhaite det’eclatrrdans ta nouvelle vie et tes nouveaux choix. Il n’est jamais trop tard pour recommencer. La vie est un éternel recommencement. Des bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s