Même les connards prennent leur retraite…

Ce texte est la suite de ce texte : https://encoreuneconnasseparisienne.com/2015/05/25/le-connard-sonne-toujours-deux-fois-au-minimum/

 

Après les attentats du 13 novembre, j’ai reçu un email de X. complètement catastrophé. Etais-je en vie ? Est-ce-que mes proches et moi-même allions bien ? Il disait vouloir de mes nouvelles au plus vite. « Ecris-moi ». Lorsque j’ai vu l’email j’étais à New York et j’avoue avoir jubilé. Ce petit con n’avait que ce qu’il méritait. J’étais peut-être morte et il n’en saurait jamais rien. C’était bien fait pour lui. Je ne comptais pas répondre puis un soir (merci l’alcool) j’ai simplement répondu que j’allais bien, merci. Nous avons alors échangé deux ou trois emails puis on s’est parlé au téléphone. J’ai senti qu’il était différent, moins en colère (c’est le genre tout le temps en colère en fait), surtout, je trouvais que pour une fois il ne disait pas que de la merde. Je lui ai dit que je serai à Toulouse quelques semaines plus tard. A lui de voir s’il souhaitait qu’on se revoie ou non. Je ne voulais pas prendre la décision, n’en étant pas sûre moi-même. Je ne revois pas mes ex. C’est une règle.

Habituellement en bon connard qu’il est, il fuit à la dernière minute. Pas là. Nous nous sommes donné rendez-vous pour le déjeuner. C’est le genre qui t’invite à boire des verres pour tenter de te foutre dans son plumard, j’ai été très étonnée qu’il souhaite déjeuner. Mais j’ai accepté. En pensant que de toute façon il ne viendrait peut-être pas en expert ès disparition. Il est arrivé à l’heure et il avait pris soin de choisir un restaurant qui propose des options végétaliennes, attention délicate.

Je me suis retrouvée face à X. et ses nombreux tatouages et j’ai compris pourquoi j’étais tombée violemment amoureuse de lui il y a presque 10 ans. Ce type est un putain de point d’interrogation. Jamais personne ne le comprendra, même pas lui-même. Quand il sourit il a un visage d’ange avec ses fossettes de playboy. Quand il parle de quelqu’un qu’il n’aime pas ou de quelque chose qui l’ennuie, il devient autre, on sent la colère sous-jacente. Son visage change, sa voix change, il devient moche. C’est troublant. C’est ce qui fait l’essence même du connard : on a envie de percer le mystère, briser la carapace, voir ce qu’il y a en-dessous. Parfois, il n’y a rien.

On a parlé du passé, des gens qu’on côtoyait, qui sont quasiment tous à Paris maintenant. Sauf lui. J’ai senti une forme de jalousie de sa part. Paris c’est trop grand, à Toulouse tout le monde le connait et il aime ça. Il a admis que Toulouse n’était pas une ville pour « une fille comme moi ». Je ne sais pas trop ce qu’il voulait dire par là, peut-être que je suis ambitieuse ? Il m’a parlé de ses projets professionnels puis on a un peu parlé de son ex, sa plus longue histoire, quatre ans. J’ai demandé s’il l’avait aimée et il a dit « Je ne sais pas ». J’ai pensé « Evidemment que non, cœur de pierre ». En le voyant en face de moi, je me suis demandée si dans dix ans il serait enfin parvenu à tomber amoureux de quelqu’un pour de vrai. Quand je lui ai parlé de ma relation actuelle j’ai bien vu qu’il ne savait pas du tout de quoi je parlais. Pour lui, il n’y a pas une relation, il y a des relations, il trompe systématiquement puis il se déteste de l’avoir fait mais recommence. Il a avoué qu’il m’avait trompée à l’époque. Comme si je n’étais pas déjà au courant.

Est arrivé le moment fatidique. Il s’est excusé de ce qu’il m’avait fait il y a presque dix ans. Il m’a regardé droit dans les yeux en parlant. Il regarde rarement les gens dans les yeux. Pour lui c’était un effort surhumain. Je lui ai dit que je lui avais pardonné depuis longtemps mais que parfois j’avais envie de lui foutre une baffe dans la gueule en y repensant. Il a dit « Tu sais, ce que je t’ai fait, je l’ai payé au centuple, tu peux me croire ». Là je me suis dit que peut-être qu’il l’avait aimée, finalement, sa dernière copine. Que pour avancer il avait besoin de régler ses vieilles histoires, de s’excuser auprès de nous toutes (nous sommes nombreuses, s’il n’y avait eu que moi !). On a ri. On a bu de la bière. A la fin du déjeuner j’ai dit « Ne le prends pas mal mais ça y est tu as enfin des couilles ». Il a souri. Il a vraiment changé. Même les connards prennent leur retraite.

Puis on s’est quittés, je me suis retournée une dernière fois et j’ai su que je ne le reverrais jamais. La boucle est bouclée. Je ne le savais pas mais il m’a rendu un grand service en s’excusant. Aujourd’hui je n’ai plus envie de lui foutre une baffe quand j’y repense. Je lui souhaite juste de trouver son bonheur.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Même les connards prennent leur retraite…

  1. Oui, Il y a une Bonne proportion de Connards à Toulouse, bien vu, c’est important de le souligner/signaler, je pense, Soyons méfiants, j’ai cru comprendre que les histoires de bi-nationalités pourraient frapper le Toulousain moyen……

    Bon il faut dire que Toulouse est la Ville de France qui progresse démographiquement le plus chaque année (+30 000), alors forcément statistiquement, on est amené à ramasser un peu plus de connards qu’ailleurs, je veux pas dire!!!

    Mais on production locale de Connards on est assez bon, oui, il y a de bons élevages….

  2. Ah tiens, tu es repassée par Toulouse. Je croyais que tu ne pouvais plus voir la ville même en peinture :). Tu étais de passage, ou c’était pour revoir de vieilles connaissances ?

    Peut-être que sa jalousie vient aussi du fait que ses connaissances sont épanouies et pas lui (enfin je ne connais pas vos connaissances, ni vos conversations, je me trompe peut-être). Il m’a plus l’air d’un gars paumé, dans le sens qu’il ne sait pas ce qu’il veut, ni ce qu’il recherche. Si c’est le cas, il aura du mal à se stabiliser, je le crains.

    Il a dit que la ville n’est pas faite pour toi. Je ne pense pas que ce soit seulement par rapport à l’ambition (des gens ambitieux, on peut aussi en trouver là-bas, même s’ils ne sont pas légions). Je pense surtout que ce que propose la ville n’a jamais été ta tasse de thé (gastronomie, culture sportive, sports d’hiver, aéronautique, spatiale, cinémas… à la rigueur la randonnée et la nature mais pour cela il aurait fallu avoir le permis et un véhicule pour s’enfoncer dans les terres, c’est sûr). Tu as visité Lyon ? Il paraît qu’il s’y passe pas mal d’évènements qui correspondraient plus à tes centres d’intérêt (enfin à vérifier bien entendu, hein. Je ne me base que sur des « on dit ». Il ne faudrait pas te faire piéger de nouveau ^^’).

    • Je confirme pour ce qui concerne la richesse de la ville de Lyon que je connais bien, mieux que certain-e-s lyonnais-es dans beaucoup de domaines, un peu comme pour Paris. Le concentré culturel de l’environnement immédiat et plus large (Beaujolais, Bresse, Vallée du Rhône, Pilat, Vercors, Roannais, etc.) de Lyon en fait une région bien plus riche que l’étriquée Région Parisienne…..

      Argh! Je n’aurais pas du terminer là-dessus! ;( Mé quelle error!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s