J’aime…

[Ce billet est le deuxième que je rédige dans le cadre de L’Atelier des Jolies plumes, un atelier d’écriture entre blogueurs et blogueuses amoureux des mots. Le thème change chaque mois, pour le mois de mai c’était simplement « J’aime ».

Intéressés ? Envoyez un petit mot à latelierdesjoliesplumes@gmail.com ou @lesjoliesplumes sur Twitter]

J’aime tremper un bon morceau de pain dans une vraie huile d’olive première pression à froid qui vient d’Italie. Pas du pain blanc, non, du vrai pain de campagne bien doré avec une mie aérée juste comme il faut. Le goût prononcé de cette huile et sa douceur sont un bonheur. Si on ajoute une pincée de sel de Guérande, c’est l’extase ! Arrêtez d’acheter de la fausse huile d’olive par pitié, l’huile d’olive vient d’Italie et de nulle part ailleurs (ce sont mes origines qui parlent, pardonnez mon intolérance).

J’aime passer la journée au lit. En sortir uniquement pour grignoter quelque chose ou faire pipi. Faire des siestes et encore des siestes, écrire des trucs, lire des trucs, regarder des vidéos de chats et de pandas roux et de chauves-souris rescapées mais surtout ne rien faire à part des câlins, des bisous etc. Je peux passer deux journées ainsi sans sortir, c’est ma limite.

Dans le même registre, j’aime me faire porter pâle pour rester à la maison. Il n’y a rien de plus beau que de rester un jour de semaine au lit à regarder les feux de l’amour en mangeant des cookies à la noix de coco, s’endormir sur le dos et se faire réveiller par…ses propres ronflements. Bénies soient ces journées-là qui n’ont de sens que parce qu’elles sont de l’ordre de l’exceptionnel (je dis ça mais le mois dernier j’en ai eu six des journées comme ça, j’ai un peu abusé).

J’aime voyager seule. Établir un programme précis sans jamais le respecter, se perdre encore et encore, écouter les inconnus raconter leur vie. Entendre d’autres langues, observer le fonctionnement de ces humains à la fois proches et si différents. Et après chaque journée tout écrire dans mon petit carnet, confident de ces longs week-ends. Ces moments je les partage avec la personne la plus importante de ma vie : moi-même (si, si, je vous jure, essayez, vous verrez, par contre si vous ne vous aimez pas, vous risquez de vous emmerder…). J’aime rentrer à la maison après mes escapades, j’ai toujours mille anecdotes à raconter et les bras chargés de cadeaux, les retrouvailles sont aussi bonnes que les départs.

J’aime regarder mon amoureux dormir. C’est le plus beau du monde. Et s’il dort avec le chat, je ne réponds plus de moi, je saisis l’appareil photo telle une touriste devant un monument historique…(aucun commentaire ne sera toléré).

J’aime les relations amicales épistolaires avec de parfait(e)s inconnu(e)s. Certains écrits, même virtuels, peuvent sauver la vie. Et l’écrit a beaucoup plus de charme et de vérité, les mots ne mentent pas. J’ai toujours pensé qu’on mentait moins à l’écrit que lors d’une vraie rencontre. Dans la vraie vie il faut se confronter à un être de chair et de sang qui ne correspond souvent pas du tout à ce que l’on avait imaginé, finalement on n’a rien à se dire, aucune affinités, pire qu’un date foireux sur Meetic. Physiquement on avait imaginé une personne avenante et on se retrouve face à quelqu’un qui est habillé comme un sac, qui a une voix nasillarde ou un balayage de cheveux : l’angoisse. Vivent les amitiés virtuelles !

 

Le balayage, ce fléau

Le balayage, ce fléau

 

J’aime Paris l’été. Pourtant je déteste l’été. Mais… la ville s’offre à moi pour mon anniversaire ! Écouter Stevie Wonder à Paris l’été en marchant près de la place des Vosges, poursuivre par une pita ratatouille chez Miznon. Le bonheur. « Les gens s’étonnent toujours que vous ne quittiez pas Paris l’été, sans comprendre que c’est précisément parce qu’ils le quittent que vous y restez. » (Henry de Montherlant)

J’aime l’architecture. J’aime la noix de coco. J’aime New York, Prague, Venise, Bangkok etc etc J’aime tous les chats du monde, surtout le mien mais aussi Roo qui est la créature la plus awwwwww qui soit. J’aime Gary Shteyngart, je vénère Larry David, Larry, je t’aime fort fort fort. J’aime les maladroits et les prétentieux (pour mieux les broyer avec ma langue acérée). J’aime quand je dis « merci » et qu’on me répond « Je vous en prie » au lieu du sempiternel « de rien » atroce qu’on entend chez les gens sans éducation. J’aime mes seins et mes fesses et j’aimerais bien que toutes les femmes aiment aussi leurs seins et leurs fesses. J’aime les collants Wolford et les bijoux des années trente, les tasses russes en porcelaine et Le journal du séducteur de Kierkegaard,  j’aime les nouvelles rencontres de ces dernières semaines et les retrouvailles avec B. ❤ (hiiiiiiiiiiiiiiiii *cri de personne très contente*).

(et Gwen, non seulement je t’aime mais en plus je suis fière de toi. Bravo, bravo, bravo)

Roo <3

Roo ❤

Publicités

16 réflexions sur “J’aime…

  1. Superbe texte 🙂
    J’aime beaucoup les relations épistolaires avec des inconnus moi aussi, mais c’est parce que je suis plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Et que comme je ne verrai jamais ces interlocuteurs, je ne m’embarrasse pas de ce qu’ils pourraient penser de moi.
    Pour avoir déjà rencontré IRL des personnes que j’ai côtoyées de longues années sur un forum internet et que je croyais connaitre, je peux te dire que les mots peuvent être utilisés pour se faire passer pour ce qu’on n’est pas, les mots ne disent pas toujours la vérité, la rencontre peut être décevante comme tu le fais remarquer (et lol le balayage ce fléau xD).
    Mmm Stevie Wonder et Paris l’été ❤
    Aaaaah je fais partie des gens qui répondent « je vous en prie » quand on me dit merci! Enfin ici à Toulouse j’ai fini par m’habituer à leur « avec plaisir » qui est très bien aussi quand il est sincère.
    J’aime bien mes fesses et je me suis habituée à mes seins microscopiques, j’ai au moins 1 sur 2 :p
    Il est choooou ce Roo!

    • Tu devrais te foutre totalement de ce qu’on peut penser de toi, tu vivrais bien mieux 😉 Mais je comprends bien ce que tu veux dire, l’écrit c’est plus facile ! J’ai fait beaucoup de rencontres décevantes lorsque j’étais sur twitter notamment, et parfois on n’est pas déçu sur le moment mais dans le temps, quand on se rend compte que tout ça est en fait superficiel et basé sur du vent…

      Ce « avec plaisir » toulousain me rendait folle, je ne vois pas ce que le plaisir a à faire là-dedans ! Et quand ils parlent de « poche » au lieu de « sac » mon dieu ce que ça peut m’agacer (oups je m’égare).

      Roo est formidable ! Il a attendu deux longues années et demi avant d’être adopté, il est passé de famille d’accueil en famille d’accueil, on ne voulait pas le garder à cause de son handicap…Aujourd’hui il a trouvé son foyer 🙂

      • Le pire c’est que je sais que je vivrais bien mieux si je me foutais complètement de ce qu’on pense de moi, c’est toute une sorte de rééducation que je dois faire parce que j’ai passé ma vie à accorder de l’importance et du pouvoir aux autres, mais j’inverse le processus petit à petit, je change.
        C’est ça, les rencontres IRL des gens qu’on ne connait qu’en virtuel sont souvent décevantes.
        lol moi aussi le mot poche me rend folle mais si tu persistes à employer le mot sac, ils font exprès de faire ceux qui ne comprennent pas pour que tu utilises leur vocabulaire autochtone.
        Je suis super contente pour Roo qu’il ait enfin trouvé un foyer! 🙂

  2. Tu as l’air d’aller mieux dit ! 🙂 Je suis vraiment contente pour toi (bon après tu risques de penser que je suis une menteuse, m’enfin au moins je l’aurais dit…), et je suis encore plus contente de pouvoir te lire de nouveau ^^ « Bon courage » est à proscrire, alors à la prochaine j’espère ! (et je jure sur ma bibliothèque, puisse-t-elle brûler si je mens, que tout ce que j’ai écrit ici est sincère !)

  3. Pingback: J’aime (Les Jolies Plumes) | Oh, faits de quotidien

  4. Pingback: J’aime (les jolies plumes) | Et si on bavardait?

  5. Passer la journée au lit, y a que ça de vrai…je ne le fais pas assez souvent malheureusement mais je ne perds pas espoir avec ce mois de mai et ses « journées de liberté »

  6. Pingback: J’aime … {Les jolies plumes} | EclectiK Girl

  7. Bonjour,
    C’est avec retard que je suis venu lire votre texte, et je vous prie de m’en excuser.
    Je dois vous avouer que votre titre de blog constituait pour moi un préjugé, que je suis heureux d’avoir dépassé. Il ne faut pas se fier aux apparences.

    J’ai beaucoup apprécié votre style, ce mélange de douceur et de dérision, voire d’effronterie malicieuse parfaitement assumée.
    Le provençal d’origine que je suis aurait tendance à vous dire qu’il n’y a pas que les huiles d’olive italiennes, mais c’est un détail. Dégustez là avec un bon fromage de chèvre, aux parfums du terroir méditerranéen, à l’ombre d’un mas, quelque part entre le Lubéron et le Ventoux, accompagné d’un Gigondas, et vous serez sans doute proche du paradis. Du moins, du mien. Quoique les Pyrénées ont leur charme aussi. 😉

    Les relations épistolaires sont peut-être un de nos points communs. Bien que ce soit un style que j’adore, au point de m’être surnommé « epistolero » pour rigoler, j’ai souvent été déçu. La relation monte en puissance, en qualité, en intensité, en beauté, puis, souvent, s’étiole. Pire, parfois la rencontre détruit tout ce que l’on avait patiemment construit. Mais ce n’est que mon vécu, et je ne désespère pas.
    Ce que j’aime dans ces relations, c’est que l’on a le temps de poser les mots, de les choisir, de les arranger… Non pour être flatteur, hypocrite, ou séducteur, mais pour essayer d’être sincère et précis.

    Merci de ce bon moment passé en votre compagnie.
    Claude Thivet participant des Jolies Plumes
    http://www.claudethivet.fr/j-aime-ecriture/ | https://www.facebook.com/claude.thivet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s