Not afraid mais un peu quand même par la connerie de certains…

notafraid

On en lit des conneries depuis le 7 janvier. A commencer par les nombreux « Je ne suis pas Charlie, je suis musulman » ou encore « Je ne suis pas Charlie, je suis chrétien ». J’en déduis que certains musulmans et certains chrétiens n’ont vraiment aucun humour. La liberté d’expression, un concept auquel ils ne semblent pas adhérer. Je suis agnostique et j’ai parfois été choquée par certaines caricatures de Charlie Hebdo mais sans ces caricatures, qui pour critiquer les religions dans ce pays ? Et à ceux qui nous expliquent que Charlie Hebdo était islamophobe, doit-on leur rappeler que dans l’une de leur célèbre caricature, le pape se fait carrément enculer (pardonnez ma vulgarité) ?

La connerie qui m’a le plus choquée c’est  « le policier n’est pas mort parce que le sang ne coule pas de son crâne ».  Comment peut-on penser une telle connerie ? On n’est pas dans une série policière américaine où le sang gicle en deux secondes, là, c’est la vraie vie. Est-ce-qu’on pense à la famille de ce policier, Ahmed Merabet ?

Le présumé terroriste qui oublie sa carte d’identité, certains sceptiques n’y croient pas et critiquent les « moutons » qui croient tout ce qu’on leur dit. Personne ne semble penser qu’en « oubliant » sa carte d’identité il revendique l’attentat ? J’ai aussi lu que personne n’était mort à la rédaction de Charlie hebdo. S’ils ne sont pas morts, où sont-ils ? (sans déconner arrêtez la drogue les gens ou achetez-vous un nouveau cerveau, je sais pas, faites quelque chose).

Bien sûr il reste des zones d’ombre et de questionnement dans les deux attentats, Charlie et l’Hyper casher mais  nous ne saurons jamais la vérité sur ces points, les présumés terroristes étant aujourd’hui tous morts comme leurs victimes. Si les médias officiels nous mentent, les médias alternatifs ne sont pas non plus des saints. Il faudrait peut-être respecter les familles des victimes et les victimes elles-mêmes en faisant preuve de pudeur.

Il y a trois jours je prenais le taxi et je suis tombée sur un chauffeur bavard, on a évidemment parlé de l’attentat à Charlie hebdo (celui de l’hyper casher n’avait pas encore eu lieu…). Le chauffeur était français d’origine kabyle et musulman pratiquant, il m’a dit « Vous savez, je les ai vues les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo. Elles m’ont beaucoup fait rire. Et je peux vous dire que même le prophète en aurait ri parce que le prophète était un amoureux des femmes mais il aimait aussi beaucoup les plaisanteries ! » Et il a ajouté « Dans le Coran, il est écrit que celui qui tue un homme tue l’humanité, ces types-là ne sont pas musulmans, ils sont fous ! » On a continué à parler, il m’a expliqué qu’on lui disait souvent qu’il était « bien intégré » en France alors qu’il est né ici, que c’était usant d’entendre de tels propos mais qu’il avait appris à s’en foutre. Cette conversation qui a duré plus longtemps que prévu à cause des bouchons a été un vrai plaisir, un vrai échange et ça m’a requinquée pour la journée !

Lassana Bathily. Le héros de l’attaque de l’épicerie casher. L’employé  musulman pratiquant que les policiers ont pris pour un terroriste alors qu’il venait de sauver plusieurs personnes dont un bébé en les cachant dans une chambre froide. Lorsqu’il est sorti il a aidé la police à neutraliser Amedy Coulibaly (et les policiers n’ont pas jugé bon de s’excuser de l’avoir pris pour un terroriste ni ne l’ont remercié, manque de civilité regrettable).  Quel beau symbole quand il explique aux journalistes que les juifs sont ses frères et qu’il lui a semblé normal de les aider. Ca réchauffe le cœur. Si seulement tous les religieux au monde pouvaient lui ressembler. Sourate 5, 32 « […] Celui qui tue un homme, c’est comme s’il tuait toute l’humanité. De même celui qui le sauve, c’est comme s’il sauvait tout le genre humain […] ». Tout est dit.

L’espoir n’est pas mort. Des cons, il y en aura toujours mais des gens bien aussi. Il suffit d’ouvrir un peu les yeux.

Ce dimanche 11 janvier et cette belle marche républicaine resteront dans nos mémoires.  Même à ceux qui ne sont pas sortis de chez eux comme moi, qui auront préféré rester devant leur poste de télévision comme hypnotisés par cet élan de solidarité sans précédent. Plus de deux millions de personne. Mêmes les autorités ont arrêté de compter.

Il y a deux ans, j’ai eu la chance de rencontrer Luz, dessinateur pour Charlie hebdo. Lorsque je l’ai vu s’effondrer, assise devant ma télé, puis se reprendre et lever les yeux au ciel comme pour y trouver un signe de ses amis disparus, j’ai pleuré à chaudes larmes. Tout cela est malheureusement bien réel, on tue d’inoffensifs dessinateurs en France. On tue d’inoffensifs juifs qui font leurs courses. On tue des flics sans aucune pitié.

Maintenant c’est à nous de continuer le combat pour la liberté d’expression et la liberté tout court.

11janvier2015

Publicités

16 réflexions sur “Not afraid mais un peu quand même par la connerie de certains…

  1. Hmmm pour être honnête je n’ai jamais été fan de Charlie Hebdo. J’en ai parcouru quelques-uns mais leur humour ne m’a jamais réellement touché. Faut aimer, je dirais. Je trouve ça plutôt bête et méchant et je comprends que certains croyants se soient sentis blessés. Après, comme tu dis, Mahomet et sans doute aussi le Christ (« Aimez-vous les uns les autres » qu’il disait. « Aimez vos ennemis… » qu’il disait) auraient sans doute ri de ces caricatures ou du moins ne s’en seraient pas offusqués, ils auraient été au-dessus de ça. Dommage que certains de leurs « fidèles » (si on peut encore les appeler ainsi) ne partagent pas leur tolérance au point de surgir dans le journal la « kalash » à la main. Là, je reconnais que l’ampleur de la connerie est de taille.

    Le coup du sang qui ne coule pas, je reconnais que là aussi ça atteint des sommet.

    Quant à ceux qui crient « je suis pas Charlie je suis [ajouter ce qui vous chante] » ça peut paraître paradoxal mais… en faisant ça, ils sont un peu Charlie ! Après tout défendre ses idées et ses dires, même si ça offusque, n’est-ce pas ça aussi l’esprit Charlie ?

    • Je ne suis pas d’accord avec ta dernière phrase, l’esprit Charlie c’est combattre la récupération politique de la religion. Charlie se fout que des gens croient en dieu et toutes ces conneries mais critique avec virulence les représentants de ces religions. Pourquoi seraient-ils considérés comme intouchables ? De quel droit ?

      • Je ne pense pas que l’esprit Charlie se résume SEULEMENT à combattre la récupération de la religion. Ses actions sont plus variées. Charlie provoque ceux qui lui semblent critiquables par leur conduite ou leurs actions (les représentants religieux bien-sûr mais pas que) et publie tout haut ce que certains pensent tout bas… même si ça ne plaît pas aux religieux, politiques ou autres… Chacun voit l’esprit Charlie comme il veut mais pour moi l’esprit Charlie c’est la liberté de critiquer et peu importe à qui ça déplaît, le tout bien sûr avec des raisons fondées. Et bien entendu, personne n’est à l’abri de la critique, personne n’est intouchable… Charlie compris.

      • Sans critique on ne peut pas parler de démocratie mais de dictature, d’où l’intérêt de continuer inlassablement à le faire !

        Etant moi-même provocatrice dans l’âme j’aime ceux qui le sont, parfois ça fait mal mais là aussi ça me semble nécessaire, le droit à la provocation. Surtout en ces temps de flicage permanent et de politiquement trop correct…

      • On est d’accord. Le jour où les avis ne seront plus partagés et les critiques bannies, la démocratie sera morte. Maintenant la critique peut être argumentée sans être insultante (même si après, certains verront une insulte là où il n’y en a pas, c’est le soucis) et les provocateurs doivent s’attendre également à une réponse à la hauteur de leurs provocations. L’essentiel étant de ne pas échanger des arguments trop « musclés ». ^^’

      • La critique n’a pas forcément à être argumentée non, en tout cas ce je ne le pense pas. Ça peut juste être une provocation qui en dit parfois plus qu’une longue argumentation. Le problème avec la religion c’est qu’on ne peut plus rien dire à son sujet, comme si c’était un sujet sacré. Et puis…on n’est pas obligé de répondre aux provocations, à mon sens c’est la vraie intelligence. Ignorer parce que cela nous dérange plutôt que de sortir les longs couteaux. J’écris souvent que la religion c’est de la merde et je le pense vraiment, je me fous que cela paraisse comme insultant, ce n’est pas le cas, je n’attaque personne mais un concept auquel je ne crois pas.

  2. Une critique non argumentée (j’entends par là qu’elle ne se base sur aucun fait vérifié) n’est pas crédible. Mais un dessin satirique illustrant un fait d’actualité (on ne pourra par exemple pas nier les cas de pédophilie chez les prêtres ou les enseignants puisque mentionnés et vérifiés dans les médias) est en principe déjà argumenté. Euh mais c’est le problème de la religion : pour les croyants C’EST un sujet sacré. Le soucis de la religion c’est que les personnes s’identifient au concept. C’est un peu comme si quelqu’un te disait « le végétarisme c’est de la merde et les animaux on s’en fout, faut être con pour se préoccuper de leur sort » sans aucune argumentation. La personne n’insulte pas directement les végétariens, elle insulte le végétarisme. Mais le végétarien ne se sentira-t-il pas, en tant qu’adepte, attaqué dans son précepte de vie ? N’aura-t-il pas envie de répondre en argumentant, ne serait-ce que pour prouver la légitimité de son mode de vie ? Les religieux n’ont pas à interdire la critique, on est d’accord. Mais, liberté d’expression oblige, ils ont aussi le droit de dire que ça ne leur plait pas et de se sentir insulté dans leurs croyances. A ce titre d’ailleurs ils ont aussi le droit de dire que « la laïcité et l’athéisme c’est de la merde » à partir du moment où cela reste des paroles et qu’ils n’entravent pas ces derniers. La critique doit rester à double sens. Dans tous les cas, comme tu le dis, l’ignorance est la réponse la plus intelligente.

    • Je reviens sur ton exemple concernant le végétarisme parce que globalement c’est ce que pense la majorité des gens, que c’est de la connerie, que les animaux on s’en fout on a besoin d’en manger etc. Quand j’entends ça j’entends surtout de l’ignorance et au fond de moi je sais que j’ai raison de suivre ce chemin-là. Après argumenter face à de tels ignares non je ne perds pas mon temps à cela. Chacun pense ce qu’il veut, je n’empêche personne de consommer de la viande… Je n’ai pas à prouver que mon mode de vie est légitime, je me fous de ce que pensent les détracteurs du végétarisme en fait, c’est aussi simple que cela. C’est pour cette raison que je n’en parle que sur mon deuxième blog, jamais dans la « vraie vie » (sauf exception face à des gens intelligents et surtout ouverts d’esprit). Je ne me sens pas insultée en gros, je m’en fous. Je suis très loin des religieux débiles qui attaquent dès qu’on touche à leur secte 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s