2014, 2015 (et les années qui suivront) : même combat

notresolve

J’ai failli moi aussi faire un bilan de l’année écoulée mais je vais vous épargner cette fois. 2014 fut une excellente année, en dire plus serait malvenu, voire prétentieux. Après le bilan de 2014, tout le monde y va de son petit billet sur les résolutions. Mais, soyons honnêtes, les résolutions existent uniquement pour ne pas être tenues. Quand on décide quelque chose, on peut (aussi) se taire et faire son truc dans son coin, sans prendre la terre entière à témoin.

Je pourrais me faire croire (et vous, lecteurs, avec) que je vais arrêter de fumer en 2015. Pour tout vous dire, j’avais justement décidé d’arrêter de fumer le 2 janvier (pas le 1er parce que c’est trop facile). Nous sommes le 4 janvier, il est 15h08 et je viens d’écraser une Camel. Suis-je déçue par moi-même ? Non, même pas. Oui, dépenser 200 € par mois pour des cigarettes c’est stupide. Je revendique le droit à la stupidité.

Je pourrais mieux m’organiser  dans ma vie personnelle, je pourrais ranger et nettoyer l’appartement plus souvent, je pourrais arrêter de perdre mes clefs, mon portefeuille et mon agenda, je pourrais arrêter d’acheter des trucs sur le net trois fois par semaine, je pourrais arrêter de critiquer intérieurement les gens mal habillés dans le métro, je pourrais arrêter de soupirer quand je vois quelqu’un avec un putain de livre électronique, je pourrais arriver à l’heure au travail tous les matins, je pourrais vraiment écouter ma collègue se plaindre sans penser « Mais ta gueule ! Putain ! TA GUEULE ! », je pourrais être moins exigeante avec moi-même et ceux qui m’entourent, je pourrais arrêter de tout faire brûler dans la cuisine, et faire la vaisselle juste après le repas, je pourrais sortir les vêtements de la machine tout de suite et pas 12 heures plus tard, je pourrais gronder le chat femelle qui s’amuse à faire caca sur le tapis parce qu’on ne s’occupe pas assez d’elle. Je pourrais. Si seulement j’en avais envie.

En 2015 ce sera toujours autant le bordel qu’en 2014 mais ça ne m’empêchera pas de passer une bonne année. Et je ne doute pas que cette nouvelle année m’apporte de nouvelles leçons, je suis prête à tout remettre en question, je suis prête à apprendre même quand ça fait mal. Comme le dit Cioran « Une seule chose importe : apprendre à être perdant ». Parce qu’une fois qu’on a appris, on peut réussir !

Rappelons que jusqu’au XVIème siècle, la nouvelle année commençait le 1er mars. Je crois que j’aurais préféré que ce soit toujours le cas. Ou qu’elle commence le même jour que le Printemps ! Ce serait peut-être plus facile de faire des résolutions qu’on tiendra. Parce que l’hiver est propice au cocooning, pas à l’action ! Sur ces bonnes paroles, je vais passer l’aspirateur, comme ça j’aurais l’impression d’avoir fait quelque chose aujourd’hui.

(Sinon j’ai ça dans la tête depuis que je me suis levée ^^)

Publicités

4 réflexions sur “2014, 2015 (et les années qui suivront) : même combat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s