Un illustre inconnu

Je n’avais plus d’inspiration pour le blog et c’est revenu en force hier soir à la sortie d’une salle de cinéma. Je l’ai déjà dit, je n’aime vraiment pas aller au cinéma…

J’ai regardé une vidéo de Durendal, un vlogueur que j’affectionne particulièrement (comment ne pas aimer un cinéphile passionné qui a un chat aussi cute, franchement ?). Il parlait d’un film qui s’appelle Un illustre inconnu, avec Mathieu Kassovitz. Je n’ai pas attendu longtemps avant de décider de me poser près de 2h dans une salle obscure pour me laisser emporter par cette « fable » comme le dit Mathieu Kassovitz himself.

Je ferai court : il faut aller voir ce film ! Le pitch : Sébastien Nicolas a toujours rêvé d’être quelqu’un d’autre. Mais il n’a jamais eu d’imagination. Alors il copie. Il observe, suit puis imite les gens qu’il rencontre. Il traverse leurs vies. Mais certains voyages sont sans retour.

Si le film est un peu lent au début, c’est pour mettre en place l’existence triste et répétitive de Sébastien Nicolas, agent immobilier effacé dans une vie ordinaire, sans saveurs comme les plats qu’il réchauffe aux micro-ondes tous les soirs. Puis on découvre qu’il s’accapare la vie des autres plutôt que de changer la sienne. C’est la vie des autres qu’il fantasme, il se sent vivant lorsqu’il prend l’identité de quelqu’un d’autre, lorsqu’il n’est plus lui-même. Et c’est là que le film devient passionnant, emportés par la musique, on suit les aventures du anti-héros, on assiste à sa renaissance. Je ne veux pas trop en dire de peur de spoiler, la bande-annonce est très bien faite si vous voulez vous faire une idée de l’ambiance du film. Les acteurs sont formidables (je ne savais pas que Mathieu Kassovitz jouait si bien, Marie-Josée Croze est comme d’habitude, très juste), le scénario est bien ficelé, on est surpris, on a peur, on sourit, on rit, aussi. Je n’y connais rien en réalisation mais j’ai aimé ce que j’ai vu, la scène d’ouverture est vraiment réussie, on y croit, on oublie qu’on est mal assis sur des sièges rouges dont le velours n’a plus rien de doux, on se laisse emporter et à la fin…parce que la fin est aussi réussie que la scène d’ouverture, on ressort heureux. Et on se pose des questions. Combien de personnes dans ce pays mangent-elles un plat réchauffé aux micro-ondes tous les soirs face au mur de leur cuisine ? Pourquoi on ment pour faire croire qu’on a une vie sociale alors qu’on se sent seul au monde ? Pourquoi on a peur de changer de vie quand on est malheureux ? C’est quoi, le bonheur ? (pardon de parodier une mauvaise émission de télé…) Et moi, quels sont mes fantasmes ? Est-ce-que j’aimerais prendre la vie de quelqu’un d’autre ? Et si quelqu’un me prenait ma vie à moi ?

Le bonheur, c’est peut-être de sortir d’une salle de cinéma après avoir vu un film qui nous fait réfléchir. Et qui n’en est pas moins divertissant.

Publicités

10 réflexions sur “Un illustre inconnu

  1. J’aime beaucoup Durendal aussi, bien que je ne regarde pas souvent ses vidéos, en même temps trop d’abonnements divers et variés tue l’abonnement divers et varié^^

    Je me tâte donc franchement à aller voir ce film. Sachant que j’en ai deux à voir du coup (ce n’est pas insurmontable à faire dans le fond). Parce que ce que tu en évoques (ne peut que) me parle(r) et que j’aime voir des choses sur de tels sujets. Cela promettrait d’être enrichissant.

    Merci pour ce partage, et content de te revoir dans le secteur 😉

  2. C’est marrant, ce matin, je me disais encore : « c’est bizarre, est-ce que je reçois encore les flus rss de ma connasse préférée parce que je n’ai pas lu d’articles depuis un bail », du coup j’étais venue voir hihi

    Et que vois je ce soir ? ouiiiiiiiiiii!
    Du coup, moi qui n’aime pas non plus aller au cinoche, je serai vraiment presque tentée 🙂

    Ca fait vraiment plaisir de repasser par ici 🙂

  3. Ah ben te voilà de retour 🙂 je me demandais bien ce qui expliquait ce silence!
    Prendre une autre vie, beaucoup de monde le fait, à des degrés divers. Sans aller jusqu’à cet extrême, on en voit qui embellissent un peu leur vie, et même socialement, on est presque obligé puisqu’on gardera pour soi et ses proches le véritable « soi » et qu’on présentera finalement une image, qu’on revêtira un costume, et finalement une sorte de vie différente.
    C’est comme ceux qui font étalage sur un réseau social de leur vie, comme une vitrine ou ils ne présentent que ce qu’ils choisissent de montrer. Alors oui ils ne prennent pas la vie de quelqu’un d’autre (du moins pas toujours, même si l’usurpation existe aussi là.) mais ils en inventent parfois une…

    • Je trouve extrêmement triste d’étaler sa vie fantasmée sur les réseaux sociaux quand on est en fait seul au monde à chialer dans son canapé.

      J’en parlais hier, de cette dualité « vie virtuelle » et « vie réelle ». Quand j’étais encore sur Twitter j’avais rencontré un « gros compte », un personnage censé être irrévérencieux et très drôle…dans la « vraie vie » il était discret, taiseux et timide, rien à voir. Je me demande dans quelle mesure on peut être si différent, je trouve ça flippant.

      Jouer un jeu, être autre pour être aimé sur les réseaux sociaux…mouais…où est l’honnêteté ? Autant aller voir un psy, c’est sûrement mieux 🙂

      • Je comprends qu’il soit plus facile d’être extraverti sous couvert d’un pseudonyme et de ne pas l’être dans la « vraie vie », c’est pas le top du tout, mais si ça permet à des gens d’avoir une forme de béquille leur permettant d’être un peu plus eux-mêmes. Je me dis que c’est peut-être aussi un moyen de gagner de l’assurance. Enfin voilà j’me dis aussi que l’on peut y dénicher des aspects positifs, éventuellement.

        Cette dualité, même si je ne suis pas tellement différent (je pense) entre ma « vie virtuelle » et ma « vie réelle » (cette forme de constance peut ausis jouer des tours d’ailleurs), j’ai tôt pris le parti de faire tomber le masque rapidement avec les gens avec lesquels je peux avoir des liens, en proposant ou acceptant de les rencontrer concrètement, justement pour ne pas risquer paraître ce que je ne suis pas vraiment, que l’on me voit plus au travers d’une représentation qu’on se fait de moi, que vraiment moi-même.

        Puis j’aime la prise de risque de ce rideau qui tombe, et la possibilité que le courant passe « en vrai », ou pas du tout.

      • Mais moi aussi je le comprends très bien. C’est sur la durée que je ne comprends pas. Nous sommes tous un peu différents en vrai, plus timides, plus extravertis, plus ce que tu veux, quand je suis mal à l’aise, je dis n’importe quoi, que ce soit au taf ou ailleurs, forcément ça se sent moins à l’écrit (du moins je l’espère !) parce que j’ai le temps de réfléchir…

        Je crois que je n’ai pas envie de rencontrer ceux que je connais virtuellement, on est souvent déçus (enfin là je parle de moi bien sûr). Heureusement il y a des rencontres formidables et des amitiés qui se créent aussi ! La prise de risque, si ça a pu être mon créneau, aujourd’hui je préfère le confort de mon écran 🙂

      • C’est une approche qui se vaut, et que j’applique aussi parfois, enfin tout dépend le « niveau d’implication », une bête comme ça, un peu du mal à expliquer.

        Ouais, sur la durée comme tu dis, c’est là où cela devient assez embêtant…

        Mais ce sujet est passionnant et je crois que nous y sommes tous confrontés au-travers nos blogs respectifs, c’est super intéressant de voir comment l’on peut réagir, notre positionnement par rapport à cette « vie virtuelle » / « vie réelle »…Quitte à faire un peu schizo parfois^^

      • Il y aurait des tas de posts à écrire à ce sujet, c’est un sujet inépuisable !

        Je crois surtout qu’il y a des périodes où on a envie de socialiser et d’autres pas. Après une grosse période de socialisation, on a envie d’autre chose, sans doute. Encore des histoires de cycles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s