Trois jours à Porto

J’aime beaucoup partir en week-end en Octobre,  c’est le moment idéal pour aller dans le Sud de l’Europe enfin respirable sans ses touristes (enfin, presque !) et les températures sont encore douces, propices aux flâneries dans les rues.

Porto est bordée par le fleuve Douro qui lui donne un charme auquel nul ne peut succomber, le quartier de Ribeira, très touristique, est aussi le plus agréable avec ses petites ruelles et ses maisons colorées. Porto c’est évidemment les azulejos, cette tradition portugaise de peindre les carreaux de faïence en bleu. Pour les amoureux d’architecture dont je suis, Porto est une destination de choix. Il y a le pont Dom Luis, réalisé par un disciple de Gustave Eiffel. On aime ou on n’aime pas. On l’aura deviné, j’adore ! Attention si vous avez le vertige, le pont culmine à 45 m de hauteur, il faut avoir le cœur bien accroché. Mais quelle vue ! Ensuite il y a la casa da musica, une salle de spectacle conçue par Rem Koolhaas. Certains trouvent ce cube bizarre minimaliste très laid et d’autres adorent sa modernité, son imposante froideur faite de béton et de verre. Quoi qu’il en soit, en termes d’acoustique, c’est ce qui se fait de mieux.  Porto est troublante, au détour d’une rue on tombe sur des maisons et immeubles en ruine, on aurait presque envie d’écouter un peu de fado pour pleurer, il y a autant de charme que de désolation. Les chats errants se promènent aux alentours des marchés qui vendent la célèbre morue, j’aurais bien ramené chez moi le petit noir au yeux verts…  Au Portugal, on travaille pour le même taux horaire la journée ou la nuit, la semaine ou le dimanche, quand j’ai appris cette information, je me suis dit (encore une fois) que j’avais une chance folle !

J’ai aimé la gentillesse des autochtones qui bien souvent parlent le français, leur artisanat est riche, il est facile de rapporter des petits souvenirs peu onéreux. Au hasard d’une rue j’ai trouvé une petite boutique qui propose des broches, colliers et autres bagues faits avec des boutons récupérés çà et là, tellement original et créatif ! Une femme m’a vendu des foulards qu’elle confectionne elle-même, elle trouve du tissu, en assemble deux selon ses goûts (et elle en a !), un petit coup de machine et hop ! Ou comment avoir une pièce unique sans se ruiner. J’ai été accueillie avec le sourire partout où j’allais, c’est vraiment reposant quand on sort d’une semaine à se faire écraser contre les portes du métro…A propos de métro, celui de Porto est immaculé, peu fréquenté et il sent l’ammoniac, un choc ! Je conseille le marché Porto Belo qui se trouve sur la praça Carlos Alberto, on y trouve de tout : des vinyles, des bijoux fantaisie, des jouets, des vêtements neufs ou vintage, des merdouilles, bref, un petit marché aux puces bien sympa ouvert tous les samedis de 12h à 19h. Pour le shopping plus mainstream, il faut savoir qu’il est moins cher d’acheter la marque Zara au Portugal, en moyenne c’est 30% de moins, ce qui n’est pas négligeable quand on craque sur un beau manteau vegan ^^

Si Porto est réputée pour ses vin et sa gastronomie riche en viandes et sauces qui semblent lourdes, ses viennoiseries et autres gâteaux riche en œufs (70 cts la part, qui dit mieux ?) il est possible d’y manger végétarien et même vegan ! Chez Cultura Dos Sabores, on a droit à un buffet végétarien/vegan à volonté pour 8.99 € (et 11.99 € le dimanche), c’est coloré, c’est bon, leur guacamole maison est une tuerie et je ne vous parle pas du gâteau au chocolat dont j’aimerais avoir la recette. Les desserts ne sont pas compris dans la formule mais ils coutent une misère. J’ai eu un coup de cœur pour le restaurant Em Carne Viva,  si seulement ils pouvaient en ouvrir un à Paris…. C’est du vegan gastronomique, j’ai eu la chance de déguster du seitan grillé au vin de Porto avec une purée de châtaignes, c’était excellent et le lieu est à la fois beau, chic et romantique. L’addition est élevée pour Porto mais tout à fait acceptable pour une parisienne. Je vous aurais volontiers parlé de la vie nocturne mais après de longues journées à arpenter les rues qui bien souvent grimpent haut, j’étais au lit à 22h30. La vieillesse, sans doute.

S’il y a peu à voir en dehors du centre-ville, Porto reste une destination idéale pour un week-end, à la fois économique et dépaysante. Je n’y retournerai peut-être pas mais je me laisserais bien tentée par Faro la prochaine fois.

porto1

porto6

porto9

porto3

porto7

porto4

porto18

porto8

porto5

porto17

porto13

porto10

porto16

porto12

porto15

porto14

porto20

porto5 (2)

porto2

Publicités

3 réflexions sur “Trois jours à Porto

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s