L’homme préhistorique

Aujourd’hui j’ai repris le travail après deux semaines d’arrêt maladie sur lesquelles je n’ai pas envie de m’épancher (je me plains déjà bien assez). L’avantage d’être malade c’est qu’on reste chez soi dans son cocon tout doux tout plein d’amour de licornes et de Bisounours. Chez moi c’est calme, j’aime bien mes voisins qui sont gentils et mon mec et mon chat font de mon quotidien un havre de paix.  Dehors, c’est violent.  A commencer par le métro. J’ai vu une femme se faire écraser le pied sous les roues d’une valise qu’un homme traînait beaucoup trop rapidement. Quand elle a hurlé (parce qu’elle a eu mal), il ne s’est pas retourné, non, il a continué  son chemin comme s’il était seul au monde. Elle l’a invectivé d’un « Et pardon ? Non ? » et le type s’est excusé avec zéro sincérité et un petit sourire en coin pour mieux poursuivre son chemin. Un putain de petit sourire en coin mais pour qui se prend-t-il ? Et cet homme, encore un muni d’une valise, qui rate son métro et se met à hurler « Putain mais merde fait chier ! » avec rage sur le quai, est-ce-qu’il se rend bien compte qu’il passe pour le con qu’il est probablement ? Deux petites minutes. Il ne pouvait pas attendre que le prochain métro passe dans deux petites minutes. J’ai arrêté de courir dans le métro depuis longtemps…Je suis en retard tous les matins. Je préfère ça que de m’énerver sans raison. Créer du stress qui n’a pas lieu d’être.

L’autre jour j’ai vu une femme couper les ongles de son fils en pleine rue puis un homme se moucher au-dessus d’une poubelle sans mouchoir, oui, juste avec ses doigts. Ce matin j’étais assise à côté d’une femme qui se maquillait dans le métro en toute tranquillité comme si c’était normal de faire quelque chose d’aussi intime devant des inconnus. D’abord le fond de teint, puis le fard à joues et l’ombre à paupière, le mascara et enfin la poudre. Elle a fini son rituel en se coiffant les cheveux. Bientôt les femmes se mettront des tampons en pleine rame ? Parfois je me le demande. Combien d’histoires d’hommes qui se branlent dans le métro et essuient leur foutre répugnant sur les vêtements des femmes ? Ça ne m’est pas arrivé mais je peux jurer que si ça devait m’arriver je lui ferais bouffer le vêtement et son foutre avec. Je pourrais lui cracher dessus en guise de cerise sur le gâteau mais je n’ai jamais assez de salive pour cracher. Dommage.

Cet après-midi il y a eu pire encore. Pire dans le sens où je ne savais même pas que ça existait. Je descends fumer une cigarette et lorsque je remonte avec l’ascenseur,  je constate avec effroi que quelqu’un s’est délesté d’une superbe crotte de nez triomphante sur le miroir. Bien collante, bien sale, bien moche,  bien grosse, une vraie crotte de nez 100% pollution made in Paris. Un intrus dans cet ascenseur si chic et si parfaitement récuré toutes les deux heures par le gardien qui a dû hurler de colère en voyant cette déjection nasale (je n’ose même pas évoquer l’incident avec lui). Je crois que je ne prendrai plus jamais l’ascenseur, je suis traumatisée à vie. Je me suis lavée les mains sept fois depuis, je commence à développer un T.O.C.  Il existe sur cette Terre des hommes qui sont si pressés de se débarrasser d’une crotte de nez qu’ils la collent là où ils le peuvent. Ces mêmes hommes qui si ça se trouve me serreront la main par la suite. Ces mêmes hommes qui doigteront leur femme en rentrant le soir à la maison. Ces hommes préhistoriques. Je ne sais pas si je vais m’en remettre.

P.S : pour les relous qui m’accuseraient d’être méchante avec les hommes, sachez que je sais que c’est un homme puisque seul un homme est entré dans l’immeuble le temps de ma pause cigarette. Et la crotte de nez n’était pas là quand je suis descendue.

lescrados

Publicités

8 réflexions sur “L’homme préhistorique

  1. Cela me laissera toujours con de voir à quel point certaines personnes se comportent juste comme des animaux (et encore, c’est absolument injuste pour les animaux), que ce soit par bêtise crasse (c’est le cas de le dire), où je-m’en-foutisme » absolu. Dingue….

  2. Pour le stress de rater les transports en commun, je pense que ça dépend du boulot. Comme toi, j’arrive tous les jours en retard maintenant, je ne stresse pas parce que mon boulot me le permet mais il y a des jobs type dans les call-center ou on ne te donne pas la possibilité d’avoir 15 sec de retard. Bien sûr, il y a la possibilité d’être largement prévoyant mais qui n’a jamais grappillé quelques minutes au lit le matin? après, dans le fond, je suis absolument d’accord avec toi. On est trop obnubilé par notre petite quotidien parfois. Quant aux autres situations que tu décris….j’ai juste envie de dire…gneurk 😉 mais c’est sûr qu’en te lisant, j’avais envie de courir dans ma salle de bain pour me laver les mains alors que je ne suis pas sortie de chez moi, ça pousse aux TOC comme tu le dis. Les gens peuvent être tellement crades.

  3. Les gens sont crades absolument. Tu as raison faut que ça se sache!Une amie m’a raconté que sa voisine dans le métro a retiré son pansement et s’est gratté sa verrue plantaire. Tiens je me dégoutte d’écrire ça. Je suis dégueu tiens😊 Sinon dès que je rentre chez moi je le lave les mains. J’ai toujours eu un problème avec les mains des hommes qui se posent sur moi. J’aime qu’elles soient fraichement lavées, pour moi ça tombe sous le sens. Bon rétablissement.

  4. On pourrait lui présenter la femme des cavernes. Je l’ai connue à mon dernier boulot. J’étais sans bureau fixe et j’ai occupé le sien lors d’un de ses jours de RTT. Elle mâchait tout le temps du chewing-gum. A un moment j’ai eu le malheur de passer ma main sous la table et là, horreur, malheur, un truc dégueulasse collé en-dessous. Coller des chewing-gums sous la table, c’est un truc que faisaient les gosses de quel âge ? Sept ans ? Dix ans ? Ce qui m’a le plus dégouttée c’est de réfléchir à la raison de ce geste. S’éviter la peine d’aller jusqu’à la poubelle la plus proche qui devait être à genre… trente secondes d’efforts ? Ou bien se garder son chewing-gum pour un machouillage ultérieur ? Dans les deux cas… YUCK !

  5. Je me posais la même question pour le tampon la dernière fois que j’ai pris le métro (il y a 4 ans ? :D).
    Je ne sais pas pourquoi mais à chaque fois que je vais dans le métro je sens mes mains dégueulasses après, pourtant je ne touche jamais la barre …

    Bref. Bon rétablissement 🙂

  6. D’accord avec toi, je suis sans cesse ébahie par le nombre impressionnant de comportements irrespectueux, inciviques, hyperégoïstes, crades que l’on rencontre au quotidien. C’est marrant, les grands esprits se rencontrent j’ai écrit justement un article sur ce thème ici :http://midiamaporte.com/?p=493
    Le pire je trouve, c’est quand on fait remarquer aux gens leur manque de classe, on se fait engueuler, voire insulter… Comme s’ils ne pouvaient supporter de se faire renvoyer une image d’eux négative… Gros égo mais très fragile… Et c’est vrai que le métro pour ça c’est hallucinant ( le bureau de poste parisien bondé est pas mal dans le genre aussi…), un déclencheur de haine et de mesquinerie incroyable…

    • Le métro me fera quitter Paris, je le sais. Je rêve de me rendre au taf en limousine avec chauffeur pour éviter la foule, parfois je prends le taxi mais même le taxi c’est plus ce que c’était :/ (je vais encore passer pour une réac mais tant pis…). La liste des incivilités est très longue et quasi infinie, tu en as dressé une conséquente dans ton billet et c’est déjà trop…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s