Prague for ever

pontcharles

Prague…c’est avant tout des ponts à perte de vue mais surtout un pont, celui qu’on sera obligé de prendre en photo sous tous les angles tant il est majestueux, le pont Charles. On ne se lassera pas de le voir surgir de l’eau, même si les touristes sont légion et qu’on aimerait le garder pour soi (c’est possible en se levant très tôt et il n’y a pas meilleur spectacle !).

Prague c’est un éblouissement de tous les instants  : la colline de Petrin qu’on aura bien du mal à grimper sous 30 degrés et un soleil assassin, les espaces verts de l’île de Kampa surnommée « la petite Venise de Prague » qui n’attendent que nous, les églises de tous styles qui rappellent que des gens croient en Dieu en 2014, les joueurs de flûte/violon parce que Prague c’est aussi la ville de la musique classique, tout comme Mozart avant lui, Beethoven y élira domicile (un appartement de son immeuble est actuellement en vente pour 850,000,00 $…). Je me suis surprise à parler toute seule à voix haute en me promenant dans les rues « Putain mais merde qu’est ce que c’est beau ! ». C’est magique, Prague. On a le sentiment d’évoluer dans un conte de fée. Disneyland peut aller se rhabiller.

J’avais lu ici et là que les Tchèques étaient froids. Encore un cliché. Les Tchèques ne sont pas froids, ils sont discrets, ça n’a strictement rien à voir. Quand on fait l’effort de dire « bonjour », « aurevoir », « merci » et « s’il-vous-plaît » (la base) dans leur langue, ils seront beaucoup plus enclins à communiquer. Il ne faut pas oublier que Prague est une ville très touristique et que les touristes peuvent parfois être très cons, surtout quand ils sont en groupe.

Prague c’est également la ville des musées, j’ai choisi de visiter celui qui se trouve sur l’île de Kampa, une fondation privée dédiée à l’art moderne et contemporain. J’aurais aimé décrocher un tableau de Josef Šíma, un surréaliste rebelle, pour l’accrocher dans mon salon …Le Musée Kampa en lui-même est une œuvre d’architecture, reconstruit dans un moulin, il offre un panorama fabuleux sur le château de Prague et la Vltava.

kampamuseum

Le quartier le plus bondé de Prague est bien entendu le stare mesto ou quartier de la vieille ville où son horloge astronomique amuse les touristes toutes les heures avec ses automates qui s’animent, c’est peut-être cliché mais quel bonheur d’entendre la foule applaudir quand le spectacle se termine ! Il est possible d’échapper à la masse de touristes en se réfugiant dans le nove mesto, quartier désert et plein de découvertes où je me suis perdue encore et encore (est-ce-qu’il existe une seule femme sur Terre qui a le sens de l’orientation ? Allez-y, dites que je suis sexiste mais je pose sincèrement la question). C’est là qu’on trouvera « la maison dansante » appelée aussi Ginger et Fred, immeuble réalisé par Frank Gehry qui a aussi réalisé la cinémathèque de Paris. Ce qui prouve encore une fois que la modernité se marie à merveille avec les vieilles pierres. Le quartier le plus charmant restera celui de la mala strana à mes yeux, c’est là que j’avais choisi mon hôtel, à quelques pas du mur de John Lennon, symbole de paix et de liberté sur lequel les touristes écrivent tels des adolescents attardés leurs initiales précédées d’un cœur (la mièvrerie c’est universel).

dancinghouse

Je n’ai pas honte d’avouer que j’ai « fait ma touriste » en commençant dès mon arrivée par un tour privé en segway avec un guide tchèque qui m’a offert une prune cueillie à un arbre sur la colline de Petrin. Il précisera que certains praguois ont tendance à abuser de ces fruits gratuits, pauvre de lui, si ça avait été à Paris, il n’y aurait plus eu aucun fruit de disponible… J’ai dévalé les pentes avec mon engin motorisé sans craindre les remontées, ce fut une expérience à la fois amusante et constructive. J’ai le mal de mer mais j’ai tout de même accepté de faire un tour en barque sur la Vltava pour voir le pont Charles d’en bas. Ce fut un enchantement, non seulement de profiter du beau temps et de la vue, et quelle vue !, mais aussi de voir évoluer les cygnes et autres canards qui barbotent comme si vous n’existiez pas.  

J’ai goûté la bière tchèque pour la forme (la vodka c’est quand même meilleur), j’ai surtout découvert de merveilleux restaurants végétaliens. Eh oui, Prague contient plus de restos végé que Paris. Je conseille Lehka Hlava (Clear head en anglais) où j’ai mangé le meilleur « cheesecake » cru de mon existence. Un orgasme culinaire authentique. Il y a aussi Loveg, restaurant totalement vegan situé dans Nerudova où j’ai dégusté un carpaccio de betteraves succulent. J’ai eu le plaisir de déguster une limonade maison dans un café/restaurant de Mala Strana où passait Dancing Queen d’Abba, j’étais dans un tel moment de joie que j’ai failli me lever pour danser et chanter jusqu’à ce que je voie la serveuse le faire !

rawcheesecake

Peut-on faire du shopping à Prague ? Tout à fait. Il y a les marionnettes bien sûr (attention aux arnaques made in China, une vraie marionnette fait main ça a un coût!). J’ai choisi de me rendre dans un centre commercial parce que ce sont étrangement des endroits que j’aime beaucoup. Le Palladium a un Topshop, ç’aurait été dommage de ne pas profiter des soldes (hum, je n’ai acheté que des articles non soldés). J’ai aussi acheté un truc pour faire briller ses ongles naturels je sais pas quoi uniquement parce que la fille était jolie et que je me suis noyée dans ses yeux bleus-verts (les tchèques n’ont rien à envier aux Polonaises). Je me fous d’avoir des ongles brillants mais bon…ça lui faisait tellement plaisir et je me suis trompée de touche sur le DAB en retirant 10 fois plus que prévu…

A l’hôtel, j’ai pu découvrir la pop tchèque et je me suis dandinée sur Ewa Farna et son Leporelo, pratique pour apprendre la prononciation de la langue puisque les paroles s’affichent dans le clip. Et puisque la cartouche de Camel ne coûte que 30 €, j’en ai ramené 4 (mais je sais que fumer tue, MAIS JE M’EN FOUS HAHAHAHA, vivre aussi ça tue).

 

Il n’y a rien de mieux que de changer d’air, de s’envoler seule pour une destination inconnue, j’ai marché 8 heures par jour, je n’ai plus de jambes mais j’ai vu tant de jolies choses, vécu tant de jolis moments, j’ai pris 300 photos qui sont des souvenirs et qui sont infimes comparées au bonheur que j’ai eu de visiter Prague la ville aux cent clochers. La prochaine fois, je reviens avec mon amoureux parce que voir un couple s’embrasser sur le pont Charles m’a un peu foutu les boules sur le moment. Venise est une ville romantique mais Prague n’a vraiment rien à lui envier. Avis aux amoureux qui auront eu le courage d’aller au bout de ce billet.

Prague Juillet 2014 079

photo 1(1)

photo 1

Prague Juillet 2014 115

photo 5(2)

3

photo 2(1)

Prague Juillet 2014 143

Prague Juillet 2014 021

photo 2(2)

photo 3(1)

photo 3

photo 4(1)

Prague Juillet 2014 186

photo 4

photo 5(1)

Prague Juillet 2014 133

Prague Juillet 2014 131

Prague Juillet 2014 200

 

 

 

Publicités

13 réflexions sur “Prague for ever

  1. ton voyage était épatant ! je ne connais pas du tout cette destination, je n’aurais pas eu l’idée de la mettre sur ma check liste de voyage, mais les photos et ton récit donnent envie de se pencher sur ce coin du monde …

  2. Là, chère Connasse, tu me fais particulièrement plaisir. Cela fait des années que je suis tombé amoureux de la République tchèque au point de l’avoir un peu sillonné, Prague bien sûr (mention spéciale pour la ruelle d’Or pour moi), Plzen. Et puis Brno et la Moravie, pour voir autre chose que la Bohême. Je pense que j’y retournerai, et plus longuement à Prague. Je suis ravi que cette destination t’ais touché en tout cas.

    • Je n’ai pas pu voir la ruelle d’or il y avait tant de monde et j’avais déjà marché des heures. Mais j’y retournerai ! J’ai envie d’aller à Vienne maintenant. J’ai toujours envie d’aller quelque part et je connais mal cette partie de l’Europe, ça tombe bien 😉

      • Quand vous serez à Vienne, poussez jusqu’à Bratislava qui n’est qu’à 60 km. Vous pouvez même y aller en bateau. Une petite ville (500000 habitants), capitale de la Slovaquie, donc un concentré de sa vie intellectuelle, étudiante et artistique. Après Prague et Vienne Bratislava repose et charme. L’enthousiasme de mes amis français m’a d’abord surpris mais finalement il s’explique.

        Si vous avez du temps, profitez des Hautes Tatras (hautes montagnes), du nord-est du pays plein de petites cités charmantes, d’innombrables grottes souterraines…

  3. Prague est une pure merveille – mais la meilleure description de son esprit me semble provenir d’un Français, Guillaume Apollinaire. Offrez-vous sa nouvelle « Hérésiarque et compagnie » (publiée dans un recueil qui porte ce titre).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s