J’aime pas l’été

ihatesumer

Des quatre saisons je préfère l’automne. J’aime me promener dans Paris en veillant à ne pas glisser sur les feuilles qui tombent, j’aime l’odeur des arbres après la pluie, le ciel capricieux, le vent tumultueux. Je me sens vivante, seule parmi les éléments, protégée par mon nouveau joli manteau et ma petite écharpe en laine. C’est un spectacle, l’automne ! Les feuilles tournoient sans cesse, la ville devient orangée, on découvre de nouveaux lieux où se réfugier, pressés par la pluie qui arrive sans prévenir.. La saison est propice à la réflexion, à la douce mélancolie, aussi. Et aux premiers marrons glacés engloutis avec bonheur. Autour de moi tout tombe et je me sens libérée, prête à relever de nouveaux défis, planifier d’autres voyages, faire d’autres projets. Tout se termine, tout peut recommencer. L’automne me parle et me fascine.

Je suis née l’été, pourtant c’est la saison que j’aime le moins. Il fait chaud, le soleil omniprésent ne semble jamais vouloir se coucher, les touristes envahissent la ville en imposant à mes yeux fragiles leurs tenues inadaptées, tongs montrant d’affreux orteils aux ongles sales, shorts à cellulite. Dans le métro, je subis les odeurs corporelles de chacun, mon nez se retrouve bien malgré lui collé à des aisselles d’inconnus. Assise sur le strapontin, je ferme bien les jambes pour empêcher les hommes toujours à l’affut d’apercevoir ma culotte. Je ne te ferai pas ce plaisir, petit enfoiré !

L’été ma peau brille, mes cheveux étouffent, mes tenues laissent à désirer parce que je n’ai pas envie d’être matée comme un bout de viande alors je porte des tenues larges et longues. Je ressemble à une Mormone, l’été. Parce que je ne vais pas à la plage, je vais au taf. J’évite soigneusement de prendre mes vacances l’été, je laisse ça à ceux qui aiment les plages bondées avec des enfants qui jouent au ballon en oubliant qu’ils ne sont pas seuls au monde, à ceux qui supportent des familles entières manger des sandwichs aux rillettes en plein soleil. L’été c’est la saison des extravertis. Les kékés montrent leurs gros muscles, les pouffes se prennent pour des stars avec leurs lunettes XXL et leurs micro-jupes. Moins ils sont vêtus, plus ils sont joyeux, souriants, extatiques !

Je suis pudique. Je n’aime pas qu’on me regarde, j’aime encore moins qu’on détaille chaque centimètre de ma peau, elle est à moi ma peau, foutez-lui la paix. L’été je ne peux pas me cacher, le soleil me rattrape où que j’aille, je me sens vulnérable et  incomprise. « Viens on va se faire une petite terrasse ! » « On va se poser au Luxembourg ? » NON. Je bougonne dans un coin, le spray d’Evian à portée de sac à main, le mini-ventilateur de poche prêt à être dégainé au moindre tourment. Je refuse les piques-niques où je me bats pour ne pas ingérer un insecte au lieu de ma feuille de salade, les barbecues où je ne peux rien manger parce que les merguez et les chipolatas, non merci. Faire bronzette dans les parcs ? Aucun intérêt, je fuis le soleil parce que je tiens à mon capital santé.  Je ne sors de toute façon jamais sans ma protection indice 50, même si je reste à l’ombre.

L’été je suis insomniaque parce que je n’arrive pas à dormir, écrasée par la chaleur, réveillée sans cesse par les moustiques qui semblent tous se diriger sur ma peau. Les abeilles m’empêchent de lire sur l’herbe, les mouches sont partout, tous les insectes sortent d’on ne sait où, c’est un cauchemar. L’été je prends 4 douches par jour parce que j’ai la sensation de transpirer en permanence, je me sens moite, collante, puante et je déteste ça. A ceux qui me conseilleraient de me munir de l’air conditionné, je leur dirais que ça ne changerait rien : dehors, il continuerait de faire une chaleur torride. Ce ne serait que reculer pour mieux sauter…Je redoute l’été comme la peste. Si je pouvais aller vivre dans un pays Nordique ces mois-là je le ferais avec plaisir. Mais ce n’est pas d’actualité alors je subis la saison de ma naissance en priant pour que la température ne dépasse pas les 25 degrés.

Quand j’ai rencontré celui qui partage ma vie, il m’a dit qu’il détestait l’été et j’ai su qu’on pourrait faire un bout de chemin ensemble. C’est si rare de rencontrer quelqu’un qui déteste cette saison. J’espère vivement que nous aurons un bel été de merde. Après tout, nous n’avons pas eu d’hiver, ce ne serait que justice…

Je ne suis pas Alexa Chung mais l'été je ressemble à ça

Je ne suis pas Alexa Chung mais l’été je ressemble à ça

Publicités

35 réflexions sur “J’aime pas l’été

  1. J ai toujours souffert l été. Juin l espoir et la peur de l échec. Septembre était la délivrance. L année dernière j ai décidé de ne pas souffrir et c était bien mieux. Je suis une fille de l automne. Maintenant je ne crains plus l été. J aurais aimé écrire cet article je ne te le cache pas:)

  2. A choisir, j’aimerais avoir le beau temps sans la chaleur, le soleil sans avoir à rougir, et des parisiens en vacances loin de Paris toute l’année. Bref un été en hiver cela me va très bien.
    Mais bon je n’aime pas le printemps non plus à cause de mon rhume des foins, je n’aime pas l’automne à cause des feuilles qui jonchent les routes devant mes rollers, et l’hiver je trouve que la journée ne dure vraiment pas assez (et encore on est pas en Norvège, même si j’adore ce pays).

  3. Viens passer l’été au village de Mouthe c’est la zone la plus froide de France, dans le Doubs 😉 On surnomme cette endroit « La petite Sibérie » tellement on y est au frais. En moyenne 15°C en Juillet ! Pas de quoi étouffer 🙂

  4. Hihihi.. j’étais en train de déprimer car ma copine veut des vacances à la mer sous 38oC et moi.. je déteste la chaleur…
    Tu l’as eu ton été de merde!! quel régal 🙂
    Je suis triste.. ma copie aime la chaleur et moi pas.. va falloir réagir avant.. l’été prochain!

  5. Je n’en dirai pas davantage sur cette saison estivale, mes propos seraient classifiés violents….
    C’est en fuyant ainsi la populace que j’ai découvert Mouthe et tant d’autre lieux fantastiques en solitaire, Seul un matin à Epidaure en plein hiver, seul dans les roches de la Death Valley en plein mois de Février…. L’été je dors dehors, hors de la maison, quoi, dans la nature, le plus possible et le plus loin possible de quelque littoral balnéaire que ce soit…. Le plages de Capbreton, au milieu des vagues gigantesque d’hiver et des bunkers échoués, sous la pluie et dans le brouillard, quoi de mieux…….

  6. Moi non plus je n’aime pas l’été! on est obligés d’être « heureux » comme tout le monde, faut se dénuder comme toutes ces pétasses, et moi non plus je n’aime pas montrer mon corps à tout le monde, c’est pour l’intimité! J’associe l’été à l’obligation d’être hyper happy, alors quand on déprime, on fait quoi? OK le soleil ça fait du bien au moral, mais je ne pourrai jamais aller vivre dans le SUD! au secours, plutôt me tirer une balle que de vivre avec tous ces gens là bas qui n’ont pas la moité d’un cerveau! Et ouais..! Les gens du Sud si vous me lisez, on sait bien que vous ne nous aimez pas les parisiens, ben nous non plus! Et ça me fait plaisir de le dire!

    • Une nouvelle identification de vraieconnasseparisienne, donc, y a un protocole de certification/reconnaissance, peut-être….? On a compris que vous fonctionnez en troupeau, mode bovins, meuh! Je propose la boucle d’oreille…fluo ou pastel…..?

      • Hé! Mais chuis un Plouc moi, enfin un non parisien quoi, assermenté. Pour y avoir suffisamment vécu en tous cas et avoir pu évaluer concrètement le niveau culturel de ses résidents……., Ha Ha Ha ! C’est toujours moi qui amène les parisiens cultivés dans lieux parisiens ou la culture s’exprime et est vécue…., je ne parle pas des trucs devant lesquels les Carcassonnais de Paris s’extasient trois mois après, hein, non, rien….

      • « connasse » c’est le surnom que vous nous donnez en province, parce qu’au final on est juste parisienne 🙂
        Tu sais, quand tu es de Paris et que tu arrives en Province, tu n’as même pas encore ouvert la bouche que déjà t’es tagué, même avec tout l’amour que tu peux porter à ton prochain, t’es déjà vue comme celle qui va te juger.. je suis l’anti-thèse de la vulgarité, dans mon attitude pleine de simplicité et d’élégance sans avoir à porter de marque ou je ne sais quoi.. je ne suis absolument pas bovine, je fuis le monde également. et je ne porte pas de boucle d’oreille fluo … , Je suis fière d’être une « connasse parisienne ».
        Et pourtant j’y vais régulièrement dans le SUD et le SUD OUEST (parce que je n’ai pas le choix) .. et je croise toujours les mêmes nanas vulgaires, colorées brune noir corbeau, le chewing gum à la bouche, les créoles argentées pour faire bien pétasse, la tenue bien pute et surtout qui parlent bien bien fort pour surtout se faire remarquer.. par les mecs tout aussi abrutis qui ne sont jamais allés bien plus loin que la 6ème et qui ne connaissent pas plus de 10 mots. Honnêtement, va à Carcassonne, si tu es quelqu’un doté d’un cerveau, je te jure tu auras l’impression d’être au musée des horreurs..
        J’espère pour toi que tu n’en fais pas partie 😉

      • Emilie je t’aime. Un vrai poème ce commentaire. Tu sais qu’à la base si j’ai appelé mon blog « une connasse parisienne » c’est justement parce qu’à Toulouse on m’appelait comme ça ! Dès le départ ils n’ont pas essayé de me connaître parce que j’étais snob (alors qu’en fait je lis des livres et j’aime les musées, pardon hein…). Carcassonne j’y suis allée une fois, certainement pas deux, et puis tu sais je suis végétalienne donc le magret, le cassoulet et toutes ces conneries non merci. Vade retro.

  7. Tout est dit dans ce billet. Et pour le coup ceux qui ne supportent pas la chaleur (et j’en fais partie, ce qui est le comble vu d’où je viens) se sentent moins seuls.

    Certains diront que l’on n’est jamais content en hiver parce qu’il fait trop froid ou en été parce qu’il fait trop chaud. L’avantage de l’hiver c’est qu’au moins quand on a encore froid, on peut rajouter des couches de vêtements ou de couvertures. L’été, une fois en caleçon dans son appart et toujours suant à grande goutte, on a plus vraiment d’alternative (A part le ventilo et le brumisateur).

    Et tout le monde n’a pas la « chance » d’avoir une peau qui ne passe pas en mode « écrevisse » après quelques minutes d’exposition. Donc l’argument du bronzage (que je trouve chiant à mourir plus qu’autre chose. Faire la carpette au soleil pendant des heures me branche pas des masses à vrai dire) on oublie.

    Le printemps me paraît le juste équilibre : températures plus douces et atmosphère moins morose que l’automne. Encore que l’automne, si l’on enlève les pluies déprimantes, et que l’on se promène dans un parc on peut finir par apprécier. Les teintes rougeoyantes des arbres au bord de l’étang, sublimées par un coucher de soleil, faut le reconnaître ça a quand même bien du charme.

    • Encore faut-il que le printemps soit là, en général on passe de hiver à été quasiment…Je vais encore être pénible mais le vrai printemps me fait déprimer et en plus je suis allergique au pollen, bonjour l’angoisse !

      J’ai la peau mate et je bronze facilement mais ça ne m’empêche pas de très mal supporter le soleil et la chaleur (je fais des petits boutons disgracieux tout l’été, c’est charmant). Je me mets donc en mode burqa tous les étés, d’où la photo choisie (il ne manque qu’un couvre-chef).

      • (Tiens c’est bizarre, je n’ai pas été averti de ton commentaire. J’en ai pourtant reçu un autre sur ce même billet).

        Ah oui le pollen c’est un argument qui se défend. Je crois que je commence à y être sujet d’ailleurs, ça m’inquiète. Ah oui, il y a certaines années où l’on ne voit pas vraiment le printemps, c’est sûr (parfois un automne bis ou un hiver bis, oui). Finalement peut-être que l’été indien reste le moins contraignant ^^.

        Aouch les boutons ! Quel dommage que le soleil ne soit pas également source de vitamine C (au lieu de la D), ça aurait pu compenser un peu le problème :).

  8. On fait des généralités sur Paris / Province, et il y a du vrai dans tout, je pense.
    Je pense qu’il y a plusieurs types de populations en France, voilà tout.
    Et personne n’aime être jugé, et parfois, c’est pas forcément les parisiens qui jugent les premiers 😉
    Il y a des gens en province très bien. Mais il y a aussi beaucoup de déchets, navrée de le dire. Il y a des gens cultivés et aussi ceux qui n’ont pas eu la chance d’être mis en contact avec de  » l’intellect » (et je ne parle pas des petites mamies de campagne mais plutôt des jeunes du midi par exemple) (et ceci n’exclut pas qu’il y a des cons à Paris c’est certain), et qui pour nous nous semblent vulgaires car la plupart du temps ces gens se prennent pour des stars, regardent la téléréalité comme référence, ne font que mettre leur plastique « de rêve » en avant, comme si ça faisait leur personnalité (entre faux ongles, piercing, tatouages, grand gueule , indiscrétion « abrutisme » et compagnie) . Ces gens la sont creux et chiants à mourir, donc oui si moi la parisienne je me retrouve avec des gens comme ça je paraîtrai surement hautaine car je serais tellement choquée que je préfèrerais fuir en courant!
    Et je ne dis pas connaître tous les musées de Paris et passer mon temps dans les théâtres, car comme tout le monde j’ai besoin de me reposer, mais j’aime aller voir des expos de peintures ou de photos..
    cites donc le nom d’un peintre à une pouffe de Carcassonne, elle te dire « c’est quoi ça? genre tu fais ton intello » ou elle se foutra carrément de ta gueule car t’as un cerveau.. finalement je pense qu’elles auraient bien leur place à la téléréalité ( « les carcassonaises à Miami » pour la prochaine saison, elles feront surement mieux que les chtis ou les marseillais .. )
    Malheureusement des abruti(e)s pareil il y en a également à Paris.. de plus en plus.. mais ce n’est pas là que la concentration y est la plus importante. Marseille et le midi, je pense que c’est le top du top du classement.
    Et tous ces trucs de féria, alcool à volonté (le soleil leur tape trop sur la tête..) ça me fout la gerbe.

    • Je vous rassure, les centres d’intérêt sudistes ne se résument pas qu’aux férias. ^^’ Mais n’espérez pas non plus trouver les mêmes points d’intérêts qu’à la capitale (Je comprends que vous suiviez votre passion mais toutes les villes n’ont pas le patrimoine pictural et artistique de la capitale, soyez un peu indulgente :)). Il vous faudra vous pencher sur d’autres types de curiosités. Par exemple Toulouse vous paraît pauvre en culture artistique (ce qui à mon avis est vrai et effectivement si vous ne recherchez que ça, vous risquez vite d’en faire le tour). La ville ayant plutôt un patrimoine culturel « d’avionneux » elle préférera miser sur leur passion avec son musée des Ailes Anciennes ou La Cité de L’espace (accueillant d’ailleurs des conférences. L’an dernier Hubert Reeves, s’y était même déplacé). Ce n’est pas la même culture mais c’est tout aussi instructif. C’est une culture différente. Et qui sait : face à des passionnés du milieu, ce sera peut-être vous la « béotienne » 🙂 (D’ailleurs imaginez la réaction d’un Parisien si je lui cite le nom de Louis Blériot. Il me répondra quoi ? « Ah tiens, je ne connais pas cette boutique » ? Pas taper, je plaisante 😉 ).

      Pour le reste, vous avez raison sur les capacités intellectuelles de certains locaux. Il suffit simplement d’éviter les grands lieux de concentrations. N’allez pas au ski ni sur les plages méditerranéennes, vous y rencontreriez les pouffes et autres « Kevins » qui vous débectent tant. Préférez les randonnées pédestres, les excursions (par exemple pour l’observatoire du Pic du Midi, les rochers du Sidobre ou le Lac du Salagou dans le Languedoc). Ce qui fait l’attrait de ces régions c’est l’environnement extra-urbain et non ses animations intra-muros. Essayez de vous rendre dans les vieux villages ou sur les sites archéologiques, ils doit y en avoir quelques-uns dans les environs (Oppidum d’Ensérune), ils vous apporteront une culture complémentaire et étofferont le savoir que vous vous êtes constitué grâce aux galeries et expositions que vous avez visitées à la capitale. Et ça vous permettra de tromper l’ennui sainement tout en esquivant les phénomènes de foire accrocs à la buvette et la télé-réalité ^^.

  9. Il y a plein de vrai dans tous ces commentaires, beaucoup d’impressions et de réactions, vous nous offrez par là, de très jolies images, des brunes aux blondes en passant par les teintes Ecrevisses et Jacob Delafon….., vous avez cependant en charmantes midinettes parisiennes, les coudes à la portières et les reflets dans les chromes des laponaises/anglaises….., oublions les pots d’échappements, c’est de l’histoire ancienne, Ha Ha Ha….. Au fait les immatriculations dans les bouchons nocturnes Niçois, Raphaelois, Arcachonnais, CapBretonnais, Bayonnais et Cannois, si on enlève les plaques de le RP, c’est le paradis en été, ces villes là…..

  10. chaque ville a son charme, j’en suis sure. c’est simplement les mentalités qui sont différentes, et les styles de vie aussi, et tout se comprend.
    Mais c’est vrai que quand tu habites à Paris, c’est tellement effervescent, que lorsque tu débarques dans un autre endroit, ben ça fait bizarre (et encore une fois quand tu dis que t’es de Paris, soit t’as honte soit…? car les gens disent toujours: ahhh Paris .. t’as envie de leur répondre: Ben quoi Paris? est-ce que je t’ai demandé un commentaire? je suis comme tout le monde non!).
    Et puis moi les punk à chien de Montpellier ou de Toulouse, ceux qui picolent de la bière toute la journée, près de la gare, ben ça me fait pas rêver.. Mais à Paris, on a aussi nos ‘clodo’ (que j’aide régulièrement donc tu vois que je suis pas si connasse) comme quoi..
    c’est vrai c’est dommage que tout soit centralisé à Paris, pourquoi l’activité n’a t-elle pas été répartie partout, pour que cela soit attractif.. et qu’on puisse se dire: tiens je partirais bien en Province sans se dire qu’on va se pendre d’ennui .. (enfin je parle pour moi).

    • Je reconnais que je n’ai jamais vu autant de tatoués depuis que j’ai débarqué à Montpellier et les environs. Je n’ai pas vu ça à Nantes, par exemple.

      Pourquoi tout a été centralisé à Paris ? J’ai cru comprendre que c’était historique. Déjà depuis Louis XIV qui a voulu enfermer la noblesse dans son château de Versailles pour surveiller les « têtes pensantes » du pays. Napoléon également qui a mis en place un système administratif centralisé. Les Jacobins aussi paraît-il. De manière générale les dirigeants, ont préféré concentrer tous les pouvoirs à Paris (économique, politique, culturels etc…). La décentralisation a commencé mais trop tardivement (dans les années 80 je crois, où l’on a donné un peu plus de pouvoir administratif aux régions).

      Après pour la peur de l’ennui les sites des offices de tourisme peuvent peut-être compenser ça. On y trouve pas mal d’infos (et en principe régulièrement mises à jour). Sans compter les sites du style ovs qui proposent des sorties dans tous les domaines (laser game, galas sportifs, sorties théâtres, etc.) . Et à défaut de sortir en groupe cela permet de se tenir au courant des événements (et quand on voit la liste qui nous arrive dans la boîte mail, on se dit que les activités ne manquent pas tant que ça).

      Quelle ironie : des Parisiens qui complexent en province, et des Provinciaux qui complexent en arrivant à Paris. je vous rassure, si vous avez le malheur de dire que vous êtes de Toulouse ou Marseille ou du Nord, vous n’échapperez pas aux réflexions sur l’accent. Même si elles ne sont pas méchantes au bout de la 20ème fois, ça use également. Mais bon, ce genre de commentaires se fait aussi entre Provinciaux (J’ai aussi eu droit à des éloges ou des vannes sur mon accent du sud quand j’étudiais à Nantes. Et mes amis Ch’tis se font également charrier dans le Languedoc, donc ce n’est pas spécifique au Franciliens ^^).

  11. Enfin ! Je ne suis pas la seule ! je déteste l’été, j’habite dans le sud mais par chance dans les hautes alpes, il y fait quand même plus frais.. Avant l’été ne me déplaisais pas plus que ça parce que j’habitais dans les montagnes à 1400m d’altitude alors même s’il faisait chaud il y avait toujours un petit air de montagne mais je pense que c’est aussi parce que j’y ai vécu jusqu’à mes 14 ans, je ne me soucié pas de mon apparence et je pouvais porter n’importe quel short sans me faire siffler par n’importe quel crétins..! Aujourd’hui j’habite en ville et je redoute l’été.. comme pour toi, la nuit impossible de dormir je passe des heures a tourner dans mon lit parfois j’y jette même un verre d’eau pour rester un peu au frais ! Même à l’intérieur de mon appartement, rien qu’en portant un mini short et un croptop je suis obligé de me vaporiser d’eau car mon corps et moite et comme toi j’aimerais me prendre des douches toutes les heures.. Malheureusement l’été je ne sors plus de chez moi (étant en vacances scolaire) tout mais amis sortent à la piscine, au lac, au bar..etc.. tandis que moi je passe mes journées à regarder des films qui se passe l’hiver, et pendant quelques heures je me sens mieux mais quand le films se terminent je suis dégoûté de voir que chez moi le soleil tape et que l’on a dépassé les 35°.. Alors je ne fais rien de mes journées, le seul moment où je sors c’est à 5h du matin quand le soleil n’est pas encore sorti je chausse mes basket et je vais courir dans le parc à côté de chez moi, c’est ma seul activité physique de la journée, à cette heures là personnes n’est levé à part les joggeurs et quelques personnes âgés, je sais que je peux sortir en short et petit t-shirt sans me faire jugé, puis vers 7h00 les gens commencent à sortir pour allé travailler et le soleil aussi alors je rentre chez moi pour attaquer une longue journée devant mon ordinateur, les volets fermé à échapper au soleil et à la chaleur.. Mais un jour où l’autre il faut bien sortir et quand ma mère me demande d’aller faire une course en ville (comme des photos d’identité pour la rentré de septembre) mon visage se décompose, je m’imagine déjà cette journée qui seras un supplice pour moi.. Première étape choisir une tenue dans laquelle je n’aurais pas trop chaud mais aussi qui ne sois pas trop courte car j’aimerais éviter de me faire.. »siffler, accoster, aborder, agresser, matter » par l’un de ces connard ! Parce que oui il y a une semaines de celà je suis sortis en jeans et en sweat, aucun morceau de peau ne se voyait, je ne portais pas beaucoup de maquillage (mascara et CCcrème) je marchais au bord de la route quand deux imbéciles sur un scooter à ralentis me mattant le cul et criant « wopopo » ! Alors quoi je devrais porter la burqua !? Voilà l’un de mes plus gros soucis l’été comment m’habiller en plus de cela je suis plutôt pudique je n’aime pas trop montrer mes jambes qui en plus ne sont pas bronzé vue que je ne sors jamais.. Deuxième étapes, prendre le bus.. le bus oui tous les gens sont entassé et pue la transpiration, mais aussi la chaleur étouffante car dans les bus les fenêtre sont microscopique, alors même toi tu commence à dégouliner, à puer e à ressembler à une écrevisse, et tu a aussi les mains moite et les doigts gonflé, et ne parlons pas des pieds qui boue dans ces satané basket parce que oui je déteste porter des chaussures ouvertes car j’ai une sainte horreur des pieds.. Sortir l’été est une vrai épreuve..

    Je crois que je vais m’arrêter là parce que je commence à écrire un roman et je ne suis pas sûr qu’il seras très compréhensif, je n’est bien sûr pas tous dit car il y a tellement à en dire, c’est un sujet dont je pourrais d’ébattre toute la journée..

    Mais bon voilà on est en juin il commence à faire très chaud et l’hiver me manque déjà, j’ai hâte d’être en octobre que le temps se rafraîchisse et que les journée diminue..!♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s