The Lady In Number 6

La nuit de dimanche à lundi a été forte en émotions. Comme chaque année, j’ai veillé jusqu’à 6 heures du matin pour regarder les Oscars en live et je n’ai pas été déçue, ni par le red carpet ni par le palmarès. Hollywood m’a fait rêver, l’espace d’une nuit je n’étais plus française, j’étais américaine !

Je suis tentée de vous parler de Jared Leto, mon amoureux depuis son rôle de Jordan Catalano dans « My so called life », parfait dans son costume Saint-Laurent, et son discours si émouvant quand il remporte la statuette dorée. Je pourrais vous parler de la souriante Lupita Nyong’o, sublime dans sa robe Marilyn, qui elle aussi a fait un beau discours qui  rappelle qu’on doit croire en nos rêves, qui que nous soyons, où que nous soyons….

Mais les Oscars, c’est surtout un excellent moyen de faire de belles découvertes ! L’Oscar du documentaire a été remporté par Malcolm Clarke pour « The Lady In Number 6 : Music saved my life ». Lors de la cérémonie, on ne voit qu’un court extrait, une vieille femme souriante qui joue du piano, c’est tout, pourtant je me suis empressée de trouver un moyen de le voir.

C’est le témoignage d’Alice, 109 ans, pianiste professionnelle tchèque et plus vieille survivante de la Shoah. Les nazis épargnaient les juifs qui pouvaient les divertir, musiciens, acteurs, chanteurs, tous ont été sauvés grâce à leur talent. Deux amis d’Alice, eux aussi artistes et rescapés, témoignent. C’est un documentaire qui ne parle pas de victimes mais d’êtres humains qui ont une philosophie de vie positive. Ce n’est pas triste, c’est beau, c’est inspirant.

Alice Sommer est morte il y a 9 jours à Londres où elle vivait à l’âge de 110 ans. Je ne pense pas pouvoir oublier cette femme, son sourire, sa joie, son amour profond pour la musique. Cette femme qui vous dit qu’elle n’en veut pas aux nazis parce que « la haine n’apporte que la haine ». Cette femme pleine de vie malgré son grand âge, son rire, cet optimisme écrasant, cette femme qui dit « Vous avez une passion ? Travaillez-la, travaillez-la, travaillez-la ! ». Je n’en dis pas plus, il faut le voir. Ce documentaire est le meilleur antidépresseur qui soit.

Vous pouvez le louer ou l’acheter, il est disponible sur Vimeo. Et pour ceux qui lisent en anglais, la biographie d’Alice (que je n’ai pas encore lue, je viens de la commander) s’appelle « A Garden of Eden in Hell: The Life of Alice Herz-Sommer » (Pan Books, 2008).

 

Publicités

3 réflexions sur “The Lady In Number 6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s